"Un jour, un destin" : les douloureuses confidences de PPDA sur la mort de sa fille

"Un jour, un destin" : les douloureuses confidences de PPDA sur la mort de sa fille©Wochit

6Medias, publié le dimanche 08 octobre 2017 à 15h52

L'émission "Un jour, un destin", diffusée ce dimanche sur France 2, est consacrée à Patrick Poivre d'Arvor. Dans ce documentaire, le journaliste se confie sur le drame de sa vie, la perte de sa fille Solenn, atteinte d'anorexie mentale.



Entouré de son ex-femme, Véronique, et de ses enfants, Dorothée, Arnaud et Morgane, le journaliste est revenu sur les longs mois de lutte de sa fille, son mal-être, jusqu'à son suicide le 27 janvier 1995 à l'âge de 19 ans.

"Elle est partie en disant qu'elle n'ai­mait pas la vie, mais qu'elle nous aimait énor­mé­ment. Je pense qu'elle serait heureuse de savoir que quelque part, on a compris son geste même si c'était un geste terri­fiant". Un geste terrifiant qui a failli le pousser à mettre lui aussi fin à ses jours. "Sur mon scoo­ter, je n'ai eu qu'une envie, c'était de me jeter contre une voiture dans le sens inverse. Je ne l'ai pas fait, j'au­rais pu le faire... Ça tient à un quart de seconde ou un quart de réflexion". Ce drame, Patrick Poivre d'Arvor assure qu'il se le reprochera toute sa vie.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
76 commentaires - "Un jour, un destin" : les douloureuses confidences de PPDA sur la mort de sa fille
  • le pauvre, la perte de son enfant, reste une épreuve terrible dans la vie de parents

  • Ces douleurs sont très personnelles, alors on les gardes pour soi.

  • quand un parent délaisse son enfant pour en faire un autre à une autre femme, faut pas se poser des questions sur le désespoir de Solène

  • oui tu peux te reprocher d'avoir fait un gosse à ta maitresse et que tu as donc préféré ta double vie à ta fille ; c'est à cause de ta preferences pour les fesses qui a fait que ta fille s'est sentie inutile

  • cela ne nous intéresse pas