Un humoriste défie Roselyne Bachelot de venir danser en Bretagne

Un humoriste défie Roselyne Bachelot de venir danser en Bretagne©Panoramic

, publié le lundi 25 janvier 2021 à 19h20

France Bleu rapporte que, sur son compte Facebook, l'humoriste Simon Cojean a invité la ministre de la Culture Roselyne Bachelot à venir danser en Bretagne. Elle avait déclaré n'avoir jamais reçu de proposition de ce genre lors d'un échange avec le député des Côtes-d'Armor Yannick Kerlogot.

Roselyne Bachelot va-t-elle relever le défi ? France Bleu rapporte la surprenante proposition qui a été faite à la ministre de la Culture. Lors d'un échange avec le député des Côtes-d'Armor Yannick Kerlogot au sujet d'une possible reprise des bagadoù amateurs, elle avait ironisé. « Ma grand-mère me disait toujours : tous les Bretons aiment danser. C'est quelque chose qui nous réunit, bien que vous ne m'ayez jamais invitée à pratiquer cela avec vous... mais je suis à disposition. » Le trait d'humour n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd.



Sur son compte Facebook, l'humoriste et danseur breton Simon Cojean n'a pas hésité à lancer un appel à son public. Il encourage les internautes à demander à Roselyne Bachelot de venir danser en Bretagne.

La démarche à suivre est très facile. « Prenez votre téléphone, mettez-vous en mode selfie et dites : 'Allez, viens danser Roselyne, on t'attend !' Moi, je m'occupe du montage et on lui envoie ça », promet l'humoriste.

Les bagadoù à l'arrêt

Derrière ce défi étonnant se cache une réelle cause culturelle qui concerne des milliers de personnes en Bretagne. Les musiciens des bagadoù et autres cercles celtiques sont à l'arrêt et privés de représentations depuis le début de l'épidémie de coronavirus en France. Ils sont près de 30 000, répartis en deux fédérations, à ne même plus pouvoir répéter.

Comme le rapporte France Bleu, 24 parlementaires avaient déjà alerté la ministre de la Culture à ce sujet à travers une lettre. Les fans espèrent que le défi lancé par Simon Cojean apportera un écho supplémentaire à leur cause.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.