Un homme passe 195 appels à l'Élysée et écope de 3 mois de prison avec sursis

Un homme passe 195 appels à l'Élysée et écope de 3 mois de prison avec sursis
Le palais de l'Élysée, à Paris, le 23 janvier

publié le mardi 29 janvier 2019 à 18h00

Un homme âgé de 38 ans a été condamné à trois mois de prison avec sursis pour avoir téléphoné près 200 fois au palais de l'Élysée, en à peine 24 heures, rapporte France Bleu mardi 29 janvier. L'individu, qui souffrirait de problèmes psychiatriques, avait déjà été condamné pour des faits similaires. 

Le standard de l'Élysée a explosé, en septembre dernier.

Durant une journée et une nuit, le palais a reçu pas moins de 195 appels d'un même numéro, celui d'un professeur de musique de 38 ans, originaire de Haute-Savoie. Au bout du fil, l'interlocuteur appelle toujours pour la même chose : se plaindre d'Emmanuel Macron. 

Psychose paranoïaque

Devant le tribunal correctionnel d'Annecy, l'avocate a décrit l'homme comme étant une personne "intelligente et cultivée" mais "dont la santé mentale a basculé" et qui souffre désormais de psychose paranoïaque, rapporte France Bleu. C'est "une maladie grave, incurable" "qui le conduit à commettre des actes délirants comme ces 195 appels téléphoniques en une seule journée", a plaidé maître Michelle Blanc.



Face aux juges, l'homme a reconnu avoir passé tous ces appels mais a nié le caractère injurieux et menaçant de ses propos. "La standardiste de l'Élysée ment, je ne parle jamais comme cela. J'utilise un vocabulaire châtié", a-t-il déclaré à la barre. "Ah non, arrêtez ce jeu. Lors d'une précédente audience, vous m'avez traité de grosse conne, alors vous savez très bien être grossier", lui a rétorqué la procureure, citée par France Bleu



L'homme a été condamné à trois mois de prison avec sursis. En octobre dernier, il avait déjà écopé de deux mois de prison avec sursis pour des faits, ou plutôt des appels similaires : durant l'été 2018, il avait téléphoné à 1.400 reprises à l'Élysée pour critiquer la politique du président de la République.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.