Un drame évité de peu en gare de Rennes

Un drame évité de peu en gare de Rennes©Panoramic

6Medias, publié le dimanche 18 février 2018 à 15h54

Un passager sorti fumer sur le quai en gare de Rennes s'est accroché à une porte d'un train alors qu'il venait de partir. Fort heureusement pour lui, le TER a été rapidement stoppé, révèle Ouest France.

L'incident aurait pu avoir une fin tragique.

Vendredi 9 février dans la soirée, un voyageur d'un TER Rennes-Brest s'est fait une grosse frayeur en descendant fumer une cigarette sur le quai. Malheureusement pour lui, vers 20h47, le train démarre... sans lui. Pour ne pas rester à quai, le passager a tout simplement décidé de s'agripper à une porte du TER qui venait de partir, explique Ouest France.

C'est grâce à un passager, qui a averti un contrôleur au bout de 3 kilomètres, que le TER a pu être rapidement stoppé. Selon la SNCF, "ce voyageur a mis sa vie en danger" alors que la procédure de départ "s'est déroulée tout à fait normalement", précise le quotidien régional.

"Le conducteur a des caméras dans sa cabine pour voir la rame et les portes, mais il n'a rien vu. Le voyageur s'est accroché au moment du départ. On se demande d'ailleurs comment il a pu s'agripper. Il y a très peu d'espace sur la marche et pas de point d'accroche sur la porte", s'interroge la SNCF. Pour la CGT, cet incident pose un vrai problème de sécurité, qui dénonce la suppression des chefs de quai. "Le témoin a eu la chance de trouver un contrôleur et de l'informer de la situation. Chance, car pour la seule année 2017, ce sont près de 2 800 TER qui ont circulé en l'absence de contrôleur", ajoute le syndicat à Ouest France.

De son côté, la SNCF estime n'avoir rien à se reprocher : "Depuis 2009, toutes les gares fonctionnent sans chef de quai, exceptées celles de Rennes et Redon jusqu'à l'an dernier. Les départs se font, selon une procédure de sécurité établie, avec le chef de bord ou le conducteur".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.