Un dictionnaire très insolite des « bizarreries » de la langue française

Un dictionnaire très insolite des « bizarreries » de la langue française©Pixabay

publié le dimanche 17 octobre 2021 à 20h00

Un étudiant strasbourgeois de 18 ans a publié en septembre un dictionnaire des "bizarreries de la langue française". L'ouvrage rassemble plus de 2 000 définitions, rapporte France 3 Grand est. 

 Féru de la langue française ou désireux d'apprendre des définitions insolites de mots tombés dans la désuétude, ce dictionnaire est fait pour vous.

L'ouvrage "Kjokk, le dictionnaire des bizarreries de la langue française", disponible depuis le mois de septembre, est la création d'un jeune étudiant strasbourgeois, Mickaël Schauli, rapporte notamment France 3 Grand est, dimanche 17 octobre. 

"La langue française est passionnante, il y a des mots qui sont incroyables. Lorsqu'on lit une définition insolite, on s'étonne de l'existence de ce mot. Avec ce dictionnaire on pourra manier des mots supplémentaires", raconte l'étudiant âgé de 18 ans lors d'une interview aux Dernières Nouvelles d'Alsace, en cette mi-octobre 2021. Pour lui, le plus étonnant ce sont les mots qui font plus d'une dizaine de lettres. A titre d'exemples, "amphigourique" est un adjectif qui désigne un auteur qui a du mal à se faire comprendre tandis qu'"acétylsalicylique" est une substance composante de certains remèdes. Et ils existent bel et bien.




Kjökkenmödding, le mot qui a déclenché cette passion 

 Cette passion lui est venue du jeu BombParty de la plateforme jklm.fun. Un jeu assez simple, qui avait passionné les jeunes durant les périodes de confinement, mettant les connaissances de la langue française à rude épreuve. "C'est grâce à ce jeu que j'ai découvert la définition du mot 'kjökkenmödding' qui désigne un ensemble de déchets culinaires et ménagers des populations préhistoriques et européennes. En me renseignant, j'ai remarqué qu'il y avait des mots étranges dans notre langue. Intrigué, j'ai commencé à les lister", explique le jeune homme à France 3 Grand est. 

Et cet intérêt soudain pour l'étrangeté de certains mots devient rapidement une passion. Le jeune homme investit par exemple les 200 euros de son pass culture dans l'achat de dictionnaires. Édité en quelques dizaines d'exemplaires, l'ouvrage de l'étudiant semble gagner en résonance à travers l'Hexagone, à la grande surprise de son auteur. Une vingtaine de personnes l'ont d'ailleurs aidé à élaborer ce dictionnaire en lui faisant parvenir des mots, dont il vérifiait la source et la définition, précise France 3. Après 600 heures de travail, au moment de choisir le titre de son dictionnaire, il s'est souvenu du mot qui a déclenché sa passion (kjökkenmödding), qu'il a fait raccourcir en Kjokk. Ereinté par la charge de travail, le Strasbourgeois ne ferme pourtant pas la porte à l'écriture d'une suite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.