Un deuxième foyer de grippe aviaire dans une animalerie des Yvelines

Un deuxième foyer de grippe aviaire dans une animalerie des Yvelines
A Bruges, des cygnes évoluant sur les canaux de la ville belge ont été mis à l'abri pour échapper à tout risque de contamination par la grippe aviaire.

, publié le vendredi 20 novembre 2020 à 09h00

La maladie n'est pas considérée comme dangereuse pour l'homme.

Trois jours après l'annonce d'un premier foyer en Haute-Corse, un deuxième cas de grippe aviaire a été détecté en région parisienne. "Un nouveau foyer vient d'être confirmé par l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) dans une animalerie des Yvelines", a indiqué jeudi le ministère de l'Agriculture et de l'Alimentation.



Des analyses ont révélé "la présence du virus H5N8, identique à celui détecté en Haute-Corse, non transmissible à l'Homme", a expliqué le ministère qui a précisé qu'une enquête épidémiologique était en cours "afin d'identifier les liens entre ces deux foyers et l'origine de la contamination".

Tous les oiseaux de l'animalerie des Yvelines ont été euthanasiés et des zones de protection et de surveillance ont été mises en place autour du foyer, comme en Corse. Sur l'Île de beauté, des abattages préventifs d'oiseaux ont été réalisés dans des basses-cours en raison de liens épidémiologiques établis avec le premier foyer identifié et donc de suspicions fortes de contamination.


"Pour limiter la propagation du virus et éviter au maximum qu'il atteigne les filières avicoles professionnelles", le ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Julien Denormandie, appelle "en particulier les animaleries, les transporteurs et les détenteurs particuliers de basses-cours à appliquer strictement les mesures de protection contre l'influenza aviaire".

Après l'apparition de foyers en Russie et au Kazakhstan cet été, l'épizootie, qui n'est pas dangereuse pour l'homme, a progressé récemment vers l'Europe de l'Ouest, où les niveaux d'alerte ont été relevés. Les Pays-Bas, l'Irlande, le Royaume-Uni, le Danemark et la Belgique sont notamment touchés. Ce virus se propage par le truchement des oiseaux migrateurs.

La maladie n'est pas considérée comme dangereuse pour l'homme et la consommation de volailles et d'œufs n'est pas déconseillée.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.