Un canular téléphonique à Mulhouse rend fous les policiers !

Un canular téléphonique à Mulhouse rend fous les policiers !©Panormaic

, publié le dimanche 08 novembre 2020 à 16h32

Samedi soir, à Mulhouse, une femme en panique a appelé les secours pour agression sur sa fille. Les policiers et les pompiers étaient en alerte maximale, mais ont fini par réaliser que c'était un canular téléphonique.

Des policiers victimes d'un canular en Alsace.

Samedi 7 novembre autour de 20 heures, le Centre d'information et de commandement (CIC) du commissariat central de Mulhouse a reçu un appel très inquiétant d'une femme. Celle-ci, paniquée, explique que son mari est devenu fou et a tiré dans la gorge de sa fille avec un pistolet semi-automatique. 



Au bout de la ligne, la présumée victime confie que son conjoint les tient en otage dans leur appartement au 2d étage d'un immeuble près du centre-ville. La communication est subitement coupée et le CIC tente de rappeler le numéro, mais personne ne répond. 

Les policiers ont pris cet appel très au sérieux et sont passés en alerte maximale. La BAC - Brigade anti-criminalité - et la SDI, Section d'intervention, se sont rendus rapidement sur les lieux armés, relate l'Alsace. Selon le média, les pompiers étaient aussi présents et avaient déployé un important dispositif pour sauver la fillette. 

En quelques minutes, le quartier est bouclé et une vingtaine d'hommes entrent dans le fameux immeuble. Une fois devant la porte d'entrée, une mère de famille ouvre la porte, surprise de voir les forces de l'ordre sur le pallier. Elle finit par expliquer que des malfaiteurs ont piraté son numéro de téléphone et qu'elle n'est pas à l'origine de l'appel de détresse.

«C'est ce que nous appelons dans notre jargon un viol vocal. Ces pirates usurpent et détournent les numéros de téléphone et s'amusent. », explique Gérard Morena, le DDSP68 (directeur départemental de la sécurité publique). Ces malfaiteurs appellent généralement les policiers et les pompiers et mettent en scène de grosses crises comme des prises d'otage ou des bombes placées dans des rues fréquentées en ville. Ce n'est pas la première fois que cela arrive, mais avec la situation actuelle, cela énerve fortement les forces de l'ordre.

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.