Tweets antisémites : Mehdi Meklat s'explique, Christiane Taubira défend "Les Inrocks"

Tweets antisémites : Mehdi Meklat s'explique, Christiane Taubira défend "Les Inrocks"
Christiane Taubira est apparue avec Mehdi Meklat dans "Les Inrocks" en février 2017

Orange avec AFP, publié le lundi 20 février 2017 à 17h40

Le jeune écrivain et réalisateur Mehdi Meklat est depuis ce week-end au cœur de la tempête pour des dizaines de messages antisémites, homophobes, misogynes et faisant l'apologie du terrorisme, publiés sur Twitter. Le chroniqueur du "Bondy Blog" avait publié ces tweets polémiques par l'intermédiaire d'un compte fictif sous le nom de "Marcelin Deschamps", sur lequel il a multiplié les propos sans équivoque, évoquant "pèle-mêle" Hitler, Oussama Ben Laden, "les juifs", "les blancs", ou encore Charb et Charlie Hebdo.

La polémique a rapidement rebondi sur Christiane Taubira, qui est récemment apparue en une des "Inrockuptibles" au côté de Mehdi Meklat, à qui elle avait accordé un entretien pour un numéro paru le 1er février dernier.



L'ancienne garde des Sceaux a réagi à l'affaire naissante dans une tribune mise en ligne sur sa page Facebook, ce lundi 20 février. L'ex-ministre de la Justice prend la défense de l'hebdomadaire. "Il ne leur serait pas venu à l'idée de me proposer cette rencontre s'ils avaient eu la moindre connaissance même d'un seul de ces tweets", qu'elle qualifie "d'abjections".

"Ces propos creusent une consternation aussi vertigineuse qu'un cratère atomique", développe t-elle, notant un enseignement à tirer de la polémique : "L'anonymat ne préserve jamais éternellement, et c'est une bonne nouvelle. Les réseaux sociaux ne sont pas un bunker. Pas durablement", conclut-elle.

Les différents médias ayant collaboré avec Mehdi Meklat ont tour à tour réagi. Le "Bondy Blog" explique avoit été "interpellé" par le contenu des tweets de son blogueur, qui "s'en est expliqué".

"Les excuses qu'on attend de Mehdi Meklat à la suite de cette histoire se doivent de l'être tout autant. Justes aussi. Elles doivent explorer et éclaircir la part d'ombre qui sous-tend ses tweets honteux" a pour sa part estimé Pierre Siankowski, directeur de la rédaction des Inrockuptibles.

Après avoir dans un premier temps présenté des excuses à propos d'un personnage "ignoble" par lequel il "questionnait la notion de provocation et d'excès", Mehdi Meklat s'est expliqué plus longuement sur Facebook quant à "ces injures, ces insultes, ces éructations qui ont ressurgi des tréfonds d'Internet", les qualifiant "d'indéfendables".

Revenant sur son arrivée sur Twitter, qu'il qualifie de "Far West numérique", il présente le personnage de "Marcelin Deschamps", un être "absolument immoral" qui se "permettait tous les excès".

"Il y a quelques mois, j'ai décidé d'être définitivement « Mehdi Meklat » sur Twitter. D'être moi. J'ai tué Marcelin Deschamps, ce personnage que j'exècre. Mais ses tweets étaient encore là, définitivement gravés. Ils étaient même signés, depuis que j'avais changé mon pseudo, par mon vrai nom. Au lieu de tuer définitivement Marcelin en créant un nouveau compte, Mehdi a endossé rétroactivement ces insanités avec la naïveté de croire que la distinction entre les deux était claire -malgré les avertissements." explique t-il.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU