"Tous les colis doivent être sous le sapin" : comment La Poste s'organise pour Noël

"Tous les colis doivent être sous le sapin" : comment La Poste s'organise pour Noël
Le centre de tri de La Poste à Toulouse.
A lire aussi

publié le mardi 01 décembre 2020 à 12h55

Le centre de tri de Toulouse traite déjà quotidiennement le nombre de colis prévu pour la deuxième quinzaine de décembre.

L'année 2020 s'annonce historique dans les centre de tri de La Poste, avec des volumes de colis sans précédent. Mais l'entreprise est prête, assure le directeur de la plateforme de colis de Toulouse.

La Poste distribue actuellement 50% de volume de colis supplémentaires depuis le déconfinement et 100 millions de colis pourraient transiter par les services de la Poste en novembre/décembre, a expliqué fin octobre Xavier Mallet, directeur général de Colissimo, avec des pics à 4 millions par jour avant Noël, entre le 10 et le 20 décembre.

Pour faire face à l'afflux de colis, la Poste a annoncé "plus de 100.000 facteurs, livreurs et chargés de clientèle en bureaux de poste" mobilisés, auxquels s'ajoutent "plus de 9.000 emplois saisonniers".


Les camions défilent à un rythme effréné à l'entrée du centre de Toulouse, dans la zone industrielle de Fondeyre. À l'intérieur, un flux incessant de colis transite sur une machine de 374 mètres de long surnommée le "carrousel", capable de traiter 9.000 colis par heure. "Ici, on traite 250.000 colis par jour en ce moment, c'est ce qui était prévu pour le 15 décembre. On est en avance de trois semaines. C'est historique mais on est prêt. On travaille toute l'année pour la dernière semaine avant Noël", poursuit le directeur de la plateforme Sylvain Bincteux.

Dans la remorque d'un camion, un employé s'active pour en sortir les colis. Une fois vidé, il ira en vider un autre. Pour les colis du service Colissimo, un tapis roulant à l'intérieur de la remorque déverse les paquets vers un premier lieu de triage. Les colis prennent de la hauteur sur le tapis roulant et sont envoyés au poste de codage, où un agent est chargé de mettre tous les codes-barres vers le haut pour que les paquets arrivent à bon port.

"C'est dur en ce moment, c'est la période", explique Philippe, un agent de l'usine qui retourne les cartons un à un, le pied sur des pédales pour faire avancer les colis. "En plus il y a une prime, liée à la période, du 15 novembre au 24 décembre, il faut être là à 100%".

Maintenant que le code est bien rentré sur l'ordinateur, le colis part sur les palettes du carrousel, qui fonctionne comme le système de tri des bagages dans les aéroports, et tombera dans une grande caisse sur laquelle figure la destination finale. C'est là qu'un ballet de caristes prend forme : à bord de leur engin rouge, ils transportent les palettes vers le bon camion. Un véritable travail de l'ombre indispensable pour permettre de livrer les colis à temps.  

Vos réactions doivent respecter nos CGU.