Tourisme : un plan à près de 2 milliards d'euros pour la relance 

Tourisme : un plan à près de 2 milliards d'euros pour la relance 
En déplacement, Jean Castex a annoncé vouloir lancer un plan "Destination France" pour inciter les jeunes et seniors à voyager dans l'Hexagone.

publié le samedi 20 novembre 2021 à 16h00

Exsangue après la crise sanitaire, le secteur du tourisme, le gouvernement a annoncé un plan de relance.

Maintenir le cap après la tempête, c'est ce que souhaite faire le gouvernement en matière de tourisme après la crise sanitaire qui a particulièrement secoué le secteur. Le principal syndicat patronal de l'hôtellerie-restauration a salué samedi 20 novembre la "volonté politique" du gouvernement, après l'annonce d'un plan en faveur du tourisme. 


"Il y a une volonté du gouvernement de soutenir le monde du tourisme au sens large", a jugé Roland Héguy, président confédéral de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih), auprès de l'AFP.v"Sur la volonté politique c'est positif.

Maintenant est-ce que les moyens vont suffire? On verra", a-t-il réagi après des annonces du Premier ministre Jean Castex en faveur du tourisme.

Ce plan à 1,9 milliard d'euros pour relancer le tourisme en France, secteur très éprouvé par la pandémie, porte aussi bien sur l'attractivité du secteur que la montée en qualité de l'offre et le développement durable. En déplacement en Indre-et-Loire, le Premier ministre Jean Castex a présenté le plan "Destination France" pour relancer le tourisme dans le pays. Le gouvernement entend faciliter le "départ en vacances de 50 000 jeunes de 18 à 25 ans, mais aussi de 100 000 seniors par an jusqu'en 2025".


Etaler le remboursement des prêts, cheval de bataille

Mais les professionnels du secteur ne démordent pas de leur principale revendication, un étalement du remboursement des prêts garantis par l'État sur une plus longue période que les quatre ans prévus actuellement. "On ne peut pas rembourser ce prêt garanti par l'Etat en quatre ans, ce n'est pas possible parce qu'on avait déjà des investissements et des prêts avant le Covid", a insisté Roland Héguy.

"Ce PGE est très lourd et on va demander un étalement et des aides dans ce domaine-là", a-t-il ajouté. "Il faut vraiment que le gouvernement arbitre avec les banques et les entreprises de quelle façon on va lisser ce PGE avec le plus de souplesse possible", a-t-il plaidé.

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a écarté lundi tout nouveau report d'un an du remboursement des PGE accordés aux entreprises affectées par la crise sanitaire, déjà repoussé à mars 2022. S'il a écarté une "mesure universelle", il a toutefois promis des "solutions au cas par cas".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.