Toulouse : un étudiant handicapé condamné à rembourser les frais de justice de la SNCF

Toulouse : un étudiant handicapé condamné à rembourser les frais de justice de la SNCF
Kevin Fermine sur le quai de la gare de Saint-Agne à Toulouse, le 16 mars 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 16 août 2018 à 17h20

Selon la loi, la SNCF a jusqu'à 2024 pour mettre ses infrastructures aux normes d'accessibilité pour les personnes handicapées.

La justice a donné raison à la SNCF. Kévin Fermine, un étudiant toulousain en fauteuil roulant qui avait attaqué en justice la SNCF pour discrimination, a été condamné jeudi 16 août à rembourser les frais de justice de l'entreprise ferroviaire.



L'étudiant de 27 ans, atteint du "syndrome de Little" (dégénérescence des neurones), avait porté plainte, en juin dernier, contre la SNCF pour discrimination à l'encontre des voyageurs en situation de handicap, expliquant que les personnes en fauteuil roulant ne pouvaient pas accéder aux toilettes des trains.



Mais le Tribunal de Grande Instance de Toulouse a rejeté la demande du jeune homme et l'a condamné à rembourser les frais de justice de la SNCF. Selon la loi de 2015, l'entreprise ferroviaire, qui a jusqu'à 2024 pour mettre ses infrastructures aux normes pour l'accueil des personnes handicapées, ne peut pas être condamnée.

"À travers moi, ce sont 10 millions de personnes handicapées qu'on malmène"

"C'est moi la victime et moi qu'on condamne", s'est insurgé Kévin Fermine au micro de Franceinfo. "À travers moi, ce sont 10 millions de personnes handicapées qu'on malmène", a-t-il ajouté au micro de la radio. L'étudiant toulousain a décidé de faire appel de cette décision.



Kévin Fermine n'est est pas à son premier contentieux avec la SNCF. En 2016, il avait déposé une première plainte contre la SNCF pour discrimination, qui avait été classée sans suite. Début août, le jeune homme s'en était pris à un magasin Carrefour. L'accès lui avait été refusé, car il était accompagné de son chien.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.