Toulouse : nouveaux affrontements entre policiers et jeunes dans le quartier du Mirail

Toulouse : nouveaux affrontements entre policiers et jeunes dans le quartier du Mirail

Des policiers anti-émeute à Montpellier, le 14 avril (illustration)

Orange avec AFP, publié le mardi 17 avril 2018 à 09h07

Seconde nuit de violence à Toulouse. La ville rose a connu de nouveaux affrontements lundi 16 avril au soir, opposant des jeunes et les forces de l'ordre. Les quartiers du Miral et de Bellefontaine se sont embrasés en début de soirée, après de premières échauffourées dimanche. Selon la police, des tirs de mortier ont été lancés depuis des appartements.

Le scénario a été le même que la veille. Lundi soir, des affrontement ont éclaté entre la police et des jeunes de quartiers défavorisés, à Toulouse. Les heurts ont eu lieu dans le quartier du Mirail, à Bellefontaine et à la Reynerie, rapporte France 3 Occitanie. La police explique avoir répliqué à des tirs de mortier, lancés depuis des appartements du quartier. 

Sur Twitter, des images diffusées par des journalistes sur place montraient des véhicules et barricades en feu, tandis que les unités anti-émeute de la police tentaient d'intervenir.

La veille, une dizaine de véhicules et un engin de chantier avaient déjà été incendiés. Aucune interpellation n'avait eu lieu. " Il y avait clairement une volonté de s'en prendre aux forces de l'ordre. Ça faisait bien longtemps qu'on n'avait pas vu ça", a commenté le commissaire Arnaud Bavois. Au total, plus de cent policiers, CRS et gendarmes avaient été mobilisés pour ramener le calme. Un hélicoptère de la gendarmerie avait également survolé le quartier.  

Selon le commissaire, la tension était montée dimanche après-midi après le contrôle d'une femme voilée refusant de se soumettre aux vérifications de la police. Elle a été interpellée et placée en garde à vue pour "rébellion et outrage et violences sur personne dépositaire de l'autorité publique", selon une source judiciaire. Lundi dans la soirée, la garde à vue a été prolongée. Les violences pourraient également avoir été déclenchées par la mort samedi d'un détenu de la prison de Seysses, au sud de Toulouse, originaire du Mirail.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.