Toulouse : le Samu lui diagnostique de l'aérophagie, il meurt d'un infarctus

Toulouse : le Samu lui diagnostique de l'aérophagie, il meurt d'un infarctus
Des opérateurs du Samu devant leur véhicule (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le dimanche 03 juin 2018 à 12h36

Les parents de la victime ont porté plainte contre X après le décès de leur fils.

Djilali Messerdi, 35 ans, est mort d'une crise cardiaque le 11 juillet 2016. Ses parents ont porté plainte contre X car ils ne comprennent pas pourquoi les secours ne se sont pas déplacés alors qu'ils avaient pourtant appelé le Samu, rapporte La Dépêche.

C'est le père du trentenaire qui a contacté le Samu et leur a fait part des problèmes de son fils, signalant qu'il avait lui-même été victime d'un infarctus par le passé.

Quand Djilali a parlé au régulateur pour lui donner des détails sur son état, il lui a dit qu'il avait bu un coca à son retour chez lui.

Une heure de perdue

L'opérateur du Samu a alors suggéré à Djilali qu'il faisait sans doute de l'aérophagie et de rappeler un quart d'heure plus tard s'il n'allait pas mieux.

"Comme personne ne se déplaçait, j'ai pris mon fils dans ma voiture pour l'emmener à l'hôpital. Arrivé à l'embranchement de Muret, il est décédé. Des gens m'ont aidé et les pompiers sont arrivés. Il a été transporté à Rangueil où son décès a été constaté. Une autopsie a été réalisée. Elle a confirmé l'infarctus", précise son père.



"L'enregistrement montre que des informations précises ont été données, ce qui nous a été confirmé par un cardiologue qui a entendu l'enregistrement", affirment les avocats de la famille de Djilali, qui dénoncent "une absence de prise en charge". Plus d'une heure aurait été perdue dans la prise en compte de l'infarctus de la victime.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU