Toulouse : des parents appellent leur enfant... Jihad

Toulouse : des parents appellent leur enfant... Jihad

Dans le contexte d'attentats terroristes, ce choix est vivement décrié (photo d'illustration).

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 21 octobre 2017 à 17h10

Un couple, résidant à Léguevin (Haute-Garonne), a décidé d'appeler leur nouveau-né "Jihad" le 2 août dernier. Un choix enregistré mais signalé par l'officier d'état civil au procureur de la République, révèle le site d'information Actu Toulouse.

Celui-ci peut saisir le juge aux affaires familiales qui peut demander la changement du prénom sur les registres d'état civil.

"CE MOT SIGNIFIE L'EFFORT POUR ACCOMPLIR LE BIEN"

Un cas similaire s'était déjà présenté en 2009 : la justice n'avait pas alors obligé les parents à changer de nom. Si le terme évoque aujourd'hui la "guerre sainte" des groupes islamistes radicaux, il était synonyme à l'origine de "lutte", "dans le sens de l'effort et de l'abnégation".

"Le Jihad est une notion fondamentale en Islam. Elle a été faussement traduite par 'guerre sainte' dans notre imaginaire collectif et dans les esprits de certains courants violents", explique au site d'information Abderrahmane Oumachar, confondateur du Centre Toulousain de la Spiritualité musulmane. "Ce mot signifie l'effort pour accomplir le bien, tel un médecin qui sauve des vies. C'est une forme d'exigence à l'égard de soi et d'excellence dans la façon d'être. Cela n'a donc rien à voir avec l'image véhiculée par les médias et pratiquée par des criminels se réclamant de l'islam".



"Ce prénom suscite des incompréhensions qui risquent de nuire à l'épanouissement de enfant, à son intégration", a-t-il cependant ajouté. L'article 57 du Code civil - modifié par la loi du 8 janvier 1993 - consacre le principe de liberté de choix pour les parents. "Les parents choisissent librement le ou les prénoms de l'enfant", rappelle-t-il, précisant qu'"il n'existe pas de liste de prénoms autorisés". Il limite cependant ce choix à deux conditions : "l'intérêt de l'enfant" et "le droit des tiers à voir protéger leur nom de famille".
 
151 commentaires - Toulouse : des parents appellent leur enfant... Jihad
  • Les parents auraient du plutôt l'appeler CAF! Parce que pour toucher les prestations sociales en France, pas question de faire le jihad!

  • Ben voyons. Tout cela va dans le bon sens, celui de l'intégration. Je prénommerais bien ma fille "Croisade".

  • En novembre 1971, la mairie de TOULOUSE, nous a refusé OUI REFUSÉ , le prénom de SANDRA.......la personne à l'accueil de la mairie service Etat civil, l'a refusé car non inscrit sur sa liste !!!! quand je lis depuis quelques années, des prénoms qui n'ont rien d'originaux mais qui sont EXTRAVAGANTS, DEGRADANTS ou IGNOBLES et que les mairies de la France acceptent !!! cela me met très en colère.

  • Des Bretons ont bien voulu appeler leur fils Assedic .

  • on veut nous faire oublier que ce prénom est régulièrement refusé (après discussion) en France par les officiers d’État civil ; nous avons souvent eu des articles sur ce refus tout a fait normal

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]