Terrorisme : portrait-robot des jihadistes français morts en Syrie

Terrorisme : portrait-robot des jihadistes français morts en Syrie
Les jihadistes avaient tous en moyenne 28 ans lorsqu'ils sont décédés (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le vendredi 01 septembre 2017 à 20h49

Une note, que LCI a pu consulter, dresse les caractéristiques communes des 265 jihadistes français qui ont trouvé la mort dans les rangs de Daesh.

Jeunes, connus défavorablement des services de police, majoritairement issus de quartiers dits "prioritaires"... L'unité de coordination de la lutte antiterroriste (UCLAT) dresse les caractéristiques communes aux Français morts après avoir rejoint les rangs de Daesh.



Selon les analyses de l'UCLAT, envoyées à tous les préfets, leur premier point commun est leur jeunesse.

Ils avaient en moyenne 28 ans lorsque ces 257 hommes et 8 femmes sont décédés, souligne LCI.

CORRÉLATION ENTRE PAUVRETÉ ET RADICALISATION

Les deux plus jeunes sont des frères âgés de 12 et 14 ans originaires de Toulouse et tués en 2015, au cours d'un combat. Les deux plus vieux sont la mère des deux djihadistes Fabien et Jean-Michel Clain, morte à l'âge de 62 ans d'une maladie du foie, et Saïd Arif, tué au cours d'une frappe américaine à l'âge de 60 ans.

Selon l'UCLAT, 52% des combattants français morts dans les rangs de Daesh sont des descendants d'immigrés. Par ailleurs, 48% étaient défavorablement connus de la police pour des petits actes de délinquance.

Avant leur départ, les jihadistes résidaient dans un "quartier prioritaire". L'unité note une "corrélation certaine entre cumul des inégalités sociales, économiques et scolaires, et foyers de radicalisation".

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
386 commentaires - Terrorisme : portrait-robot des jihadistes français morts en Syrie
  • "combattants Français morts dans les rangs de daesh"??? si vous utilisez le termes de "combattant Français", je me sens concerné puisque ayant donné 30 ans de ma vie au métier des armes pour servir ma Patrie . Mais si vous employez le même terme pour désigner des terroristes français combattants à des fins d'aliénation de leur semblables, là, vous allez me fâcher et avec moi tous les anciens combattants ainsi que ceux qui servent actuellement pour justement combattre cette vermine.
    les mots ont un sens! et bien souvent ils nous renvoient une image, ne ternissez pas la nôtre s'il vous plait.

  • Au contraire de ce que l'article semble vouloir nous susurrer, toutes les personnes qui connaissent des difficultés ne tombent pas dans la délinquance ou le terrorisme. On ne va quand même pas demander à la société de verser des dommages et intérêts aux familles.

  • Absolument aucune allusion à un problème de religion dans cette étude. Donc aucun intérêt, puisque c'est la raison !

  • toujours çà de moins qui va revenir sur notre territoire, et je serai surpris que beaucoup de monde les pleure...

  • ça sent les médailles posthumes?