Terrorisme en France : "Ce risque demeure", prévient Emmanuel Macron, "il nous faut toujours être dans la vigilance"

Terrorisme en France : "Ce risque demeure", prévient Emmanuel Macron, "il nous faut toujours être dans la vigilance"©Ludovic MARIN / AFP

publié le dimanche 29 août 2021 à 21h10

"Je suis très prudent, tout peut arriver", a livré le président de la République Emmanuel Macron dans un entretien accordé à TF1 ce dimanche 29 août.

Ce dimanche 29 août, Emmanuel Macron s'est rendu au Kurdistan d'Irak ainsi qu'à Mossoul, dans une église et sur le site d'une mosquée détruite lors de la reprise de la ville au groupe Etat islamique (EI) en 2017.



La veille, Emmanuel Macron a participé à un sommet régional à Bagdad, largement consacré à la lutte contre le terrorisme et à l'impact de la prise de Kaboul par les talibans en Afghanistan. Il a promis de rester en Irak "quels que soient les choix américains".

Invité à évoquer le risque d'attaques terroristes en France dans une interview accordée au JT de 20h de TF1, le chef de l'Etat a mis en garde : "Le risque zéro n'existe pas.

C'est pourquoi il nous faut toujours être dans la vigilance."

Puis d'expliquer : "Ces dernières années, les attentats en France ont plutôt été le fait d'individus isolés qui avaient pu être influencés par des contenus extérieurs, mais il n'y avait pas de complots qui étaient construits depuis l'extérieur. Je suis très prudent, tout peut arriver."

"Nous sommes organisés, nous avons organisé nos moyens, nous travaillons avec nos partenaires, mais aussi avec des pays amis qui sont frappés par le terrorisme. Nous avons développé des liens en terme de sécurité, par exemple avec l'Irak, et nous continuerons de le faire parce que nous devons tous demeurer vigilants. Ce risque demeure", a continué Emmanuel Macron.




"Un combat courageux"

Le chef de l'Etat a ensuite rendu hommage aux "soldats qui sont engagés, nos forces spéciales", qui font "un combat courageux". "Nous avons perdu des femmes et des hommes dans ce combat. Et parce que c'est à la fois l'honneur de la France et notre sécurité, nous maintiendrons (nos forces spéciales) aussi longtemps que les forces terroristes seront là et aussi longtemps que les Irakiennes et les Irakiens le demanderont", a-t-il assuré.

Samedi, lors d'un sommet régional à Bagdad, Emmanuel Macron a par ailleurs promis que la France et le Royaume-Uni allaient plaider ce lundi à l'ONU pour la création à Kaboul d'une "safe zone", une zone protégée qui permettra la poursuite des opérations humanitaires, un projet "totalement réalisable", comme il l'a assuré dimanche à Mossoul.

A Erbil, capitale du Kurdistan irakien, dimanche, Emmanuel Macron a assuré au président de cette région autonom, Netchirvan Barzani, de sa "solidarité pour continuer à lutter contre Daech (acronyme arabe de l'EI, ndlr), notre ennemi commun qui montre des signes inquiétants de résurgence en Irak comme en Syrie".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.