Terrasses éphémères : après six mois de fermeture, la mairie de Paris veut faire payer les bars et restaurants

Terrasses éphémères : après six mois de fermeture, la mairie de Paris veut faire payer les bars et restaurants©Panoramic (photo d'illustration)

publié le mardi 27 avril 2021 à 09h11

À compter de juillet, les propriétaires de bars et les restaurants devront s'acquitter d'une redevance pour les extensions. La nouvelle passe mal auprès des professionnels, après six mois de fermeture pour raison sanitaire.

C'est la douche froide. Alors que les bars et les restaurants, fermés depuis des mois, sont fragilisés par la crise sanitaire, la Ville de Paris a décidé de faire payer une redevance aux propriétaires désireux d'étendre leurs terrasses, annonce Le Parisien. Dès le mois de juillet, la capitale appliquera un nouveau règlement des étalages et des terrasses (RET). Celui-ci prévoit, notamment, la fin de la gratuité des extensions de terrasses éphémères. En mai 2020, sitôt le déconfinement acté, ces aménagements avaient fleuri sur les places de stationnement. La municipalité avait alors délivré 9 800 autorisations sur 15 247 demandes. Près de 9 000 des 146 000 emplacements de stationnement avaient ainsi accueilli des tables.



Mais comme les restaurateurs et les cafetiers, la mairie de Paris a perdu de l'argent à cause de la pandémie. Alors, elle envisage très sérieusement de restaurer le droit de terrasse. "Nous avons fait un gros effort depuis le début de la crise et les restaurateurs nous ont remerciés pour cette aide qui a permis de les sauver. Mais à partir de juillet, les terrasses et les extensions éphémères seront payantes et les tarifs seront harmonisés", explique au quotidien Olivia Polski, adjointe (PS) chargée du commerce à la mairie de Paris.

Des amendes plus élevées en cas de nuisances

Du côté de l'Union des métiers et des industries de l'hôtellerie (Umih) Paris Île-de-France, on garde cependant l'espoir d'obtenir la prolongation de la gratuité des terrasses éphémères jusqu'à la fin de 2021. "Les professionnels de la restauration sont encore trop fragiles", commente Franck Delvau, son président.

Bien décidée à avancer, la Mairie de Paris a déjà engagé le dialogue avec les professionnels et les collectifs de riverains, afin de mettre au point le nouveau règlement des étalages et des terrasses. L'esthétique, l'accessibilité, la sécurité sont au cœur des discussions, comme la propreté et les nuisances des étalages et des terrasses. Si la gratuité, décidée jusqu'en juin 2020, avait aidé le secteur à se relancer après le premier confinement, les nuisances sonores avaient provoqué la colère de riverains dans les quartiers animés de la capitale. Cette année, "les débordements seront sanctionnés", assure Olivia Polski. D'ailleurs, le montant des amendes a été réévalué. Il peut désormais atteindre 500 euros, contre 65 ou 135 euros auparavant, selon l'infraction commise.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.