Terrains synthétiques dangereux pour la santé ? Les écologistes réclament la fin des subventions

Terrains synthétiques dangereux pour la santé ? Les écologistes réclament la fin des subventions
Les granulés noirs en caoutchouc qui jonchent les pelouses artificielles contiendraient des substances cancérigènes.

Orange avec AFP, publié le lundi 27 novembre 2017 à 14h20

Selon des chercheurs américains, les petites billes noires en caoutchouc présentes sur les terrains en synthétique contiennent pas moins de 190 substances classées toxiques ou cancérigènes. Les élus écologistes du Conseil régional d'Île-de-France réclament l'arrêt des subventions accordées pour ce type de terrain, rapporte France Bleu ce lundi 27 novembre.

Les résultats d'une étude de la prestigieuse université de Yale aux États-Unis, publiée dans l'édition de novembre du magazine So Foot, avait fait grand bruit. Ces petites boules noires - issues le plus souvent de vieux pneus broyés et recyclés - permettent aux brins d'herbe synthétique de tenir debout. Mais ces petites billes seraient dangereuses pour la santé.

Les chercheurs se sont penchés sur 237 cas de cancers du sang chez des joueurs et joueuses habitués de ces terrains pour arriver à leurs conclusions. En 2008, d'autres scientifiques du Michigan avait également trouvé des substances toxiques (arsenic, plomb ou chrome) dans ces petits granulés. Un documentaire diffusé en 2016 aux Pays-Bas assurait également que ces morceaux de caoutchouc avaient été autorisés sans aucune vérification sérieuse sur leur dangerosité. "Je suis à peu près sûr que nous allons trouver ces substances chimiques dans le sang des joueurs", avait lancé dans le mensuel sportif le biochimiste à l'université de Yale, Vasilis Vasilou. Avant d'ajouter : "Je ne laisse plus mes enfants jouer sur ces terrains".

PRINCIPE DE PRÉCAUTION

C'est ce même principe de précaution que réclame le groupe écologiste à la Région. Cependant des contre-enquêtes assurent que jouer sur des terrains synthétiques ne présente aucun risque pour la santé. En avril 2017, l'Agence européenne des produits chimiques (ECHA) a notamment expliqué qu'aucune preuve évidente d'un quelconque lien entre les granulés et les footballeurs n'avait été démontrée.



Selon Aliapur, l'organisme français qui collecte et recycle les pneus incriminés, il faut près de 23.000 pneus pour construire un seul terrain de foot synthétique de 11 contre 11. Contacté par Europe 1, l'organisme avait assuré à la mi-novembre que ces soupçons constituent "un vieux serpent de mer". "Croyez-vous franchement qu'on laisserait des joueurs qui coûtent des millions d'euros s'entraîner sur des terrains potentiellement dangereux ?", avait fait valoir la directrice de la communication d'Aliapur, Stéphanie Lafond.

D'après le dernier recensement établi, la France comptait pas moins de 4.700 grands terrains synthétiques en 2012. Un chiffre qui devrait être largement supérieur à 5.000 aujourd'hui, sans prendre en compte les nombreux complexes de foot à 5, qu'ils soient publics - les "city" - ou privés. Pour la commission médicale de la Fédération française de football (FFF), "il n'existe pas de preuve de risque lié à la pratique d'activité physique sur terrains synthétiques". Elle recommande néanmoins certaines dispositions pour l'entretien des terrains (comme une bonne ventilation pour les terrains indoor).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.