Tempête Alex : Tende reste isolée, le maire lance un appel au secours

Tempête Alex : Tende reste isolée, le maire lance un appel au secours©Panoramic

, publié le mardi 13 octobre 2020 à 11h50

Dans les Alpes-Maritimes, Tende reste coupée du monde, dix jours après le passage de la tempête Alex. La seule solution pour désenclaver la commune serait un train venant d'Italie, explique le maire à franceinfo.

"On est encore totalement isolés". Le maire de Tende (Alpes-Maritimes), Jean-Pierre Vassalo, lance un appel au secours sur franceinfo mardi 13 octobre, dix jours après le passage de la tempête dévastatrice Alex.

"Le seul moyen pour nous rejoindre, c'est toujours l'hélicoptère, on n'a toujours pas d'eau potable", explique l'édile de la commune, fortement touchée par les crues dans les Alpes-Maritimes.

Jean-Pierre Vassalo mise sur la solution d'un train venant de l'autre côté de la frontière : "Je suis en train de me battre depuis deux jours parce qu'il y a un train qui peut venir d'Italie, mais l'administration nous fait un blocage parce qu'il faut que la SNCF installe des capteurs à Viévola, qui se situe au nord de Tende vers l'Italie", a précisé le maire de la commune.


Actuellement, les seuls moyens de quitter le village de Tende sont deux routes, "situées à 2 000 mètres d'altitude", a encore expliqué le maire à franceinfo. "Or, il peut neiger du jour au lendemain, dans ce cas-là, on continuera à être totalement paralysés", déplore Jean-Pierre Vassalo. Pour ce qui est de l'assistance technique et du ravitaillement, les hélicoptères s'en chargent. "On ne manque pas de nourriture", déclare le maire de Tende, "mais à un moment donné, il va falloir que tout ça s'arrête, qu'on reprenne une vie normale".

Pour l'instant, les enfants ne vont pas en classe, mais les écoles primaires de la commune devraient prochainement rouvrir en partie et l'hôpital est réalimenté en eau non potable. "Mais le commerce est totalement paralysé. Il faut que cela reparte, sinon on va mourir comme une bougie, on va s'éteindre à petit feu", conclut Jean-Pierre Vassalo.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.