France

Télésurveillance médicale : un nouvel outil et des questions

© Capture d'écran Franceinfo - Grâce à la télésurveillance médicale, les patients bénéficient d'un suivi à distance.

Si de nombreux patients ayant eu recours à la télésurveillance médicale trouvent cette nouvelle pratique efficace, celle-ci a encore mauvaise réputation, explique "Le Monde".

La télésurveillance médicale a le vent en poupe. Grâce à cette branche de l’e-santé qui consiste à suivre l’état de santé de personnes malades en les aiguillant au mieux au regard de leurs pathologies, de nombreux patients se disent soulagés. Et ce, même si l’intégration de cette nouvelle pratique n’a pas forcément été aisée pour tout le monde. "Au début, ça me barbait, je n’en voyais pas l’intérêt. Mais j’ai rapidement changé d’avis", avance ainsi Jean-Louis Bernard auprès du Monde.

Un "petit ange gardien discret qui veille de loin"... avec une mauvaise réputation

Et il n’est pas le seul à déceler un intérêt positif à ce nouveau dispositif. Maÿlis, elle, le perçoit comme un "petit ange gardien discret qui veille de loin" sur les patients. Sujette à du diabète depuis son adolescence, elle a profité, plusieurs mois durant, de la télésurveillance médicale en marge de sa grossesse. "Il s’agissait de la santé de mon enfant. C’était rassurant de savoir qu’au moindre écart, les infirmières le verraient et me guideraient pour rééquilibrer mon dosage", observe-t-elle.

Pourtant, avec les relents d’une société sans cesse scrutée à l’image du livre 1984 de George Orwell qu’il évoque, le terme "télésurveillance" peut effrayer. "Ça fait penser à du flicage, mais ce n’est pas le cas. Il s’agit d’accompagner les malades dans la gestion de leur pathologie et de les coacher afin de leur éviter des complications parfois graves", précise le professeur Charles Thivolet auprès du média. Mais le sujet suscite encore de nombreuses interrogations, y compris chez les professionnels de santé, à qui il arrive parfois de ne pas percevoir l'importance de cette nouvelle pratique. À partir du 1er juillet 2023, celle-ci sera remboursée par la Sécurité sociale.

publié le 1 juillet à 18h00, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux