Taxe d'habitation : le fisc français réclame 7 000 euros à une étudiante pour un studio à Amiens

Taxe d'habitation : le fisc français réclame 7 000 euros à une étudiante pour un studio à Amiens©Pixabay

publié le jeudi 22 juillet 2021 à 11h10

Une ancienne étudiante amiénoise a reçu une taxe d'habitation (2019) d'un montant de 7 000 euros alors qu'elle occupait un studio de 27 mètres carrés, rapporte le Courrier Picard.

Une étudiante a reçu une très mauvaise surprise concernant sa taxe d'habitation 2019 à Amiens, comme le rapporte le Courier Picard, le 20 juillet. Kenya Nicol a reçu il y a quelques semaines une mise en demeure au domicile de ses parents.

Le courrier en question, envoyé en recommandé, émanait des impôts et concerne la taxe d'habitation du logement étudiant, un studio de 27 m², que la jeune femme occupait en 2019 et 2020 dans le quartier de Saint-Leu, à Amiens. Le montant de cet impôt local qu'on lui réclame est incroyablement élevé au regard de sa situation actuelle et passée puisqu'elle s'élève à 7 066,00 euros.


La mise en demeure intervient après l'envoi d'un courrier à l'adresse amiénoise de la jeune femme qui tombe des nues. "Je n'ai absolument pas pu prendre connaissance du courrier précédent envoyé à Amiens en décembre dernier, car je n'habitais plus à cette adresse, explique Kenya qui pense, dans un premier temps, être victime d'une erreur administrative. Le logement que j'occupais est géré par un organisme chargé de louer des chambres étudiantes et des studios dans la même propriété. Je pensais donc avoir reçu la taxe d'habitation de toute la résidence qui comprend plusieurs chambres et studios", a-t-elle notamment déclaré dans les colonnes du journal local.

Après plusieurs tentatives infructueuses pour joindre le service des impôts, Kenya est parvenu à prendre contact avec une fonctionnaire mardi 20 juillet. "On m'a expliqué que le montant de la taxe d'habitation avait été calculé sur la base de l'ancienne maison de ville de 500 m², transformée depuis en résidence étudiante ! Pour des raisons qui m'échappent, les impôts n'avaient pas l'information", a-t-elle rajouté. La jeune femme a demandé que l'on recalcule ses droits et cette "douloureuse" qui porte bien son nom. Elle devrait être entendue à condition de transmettre certains documents comme l'état des lieux de sortie de son ancien studio.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.