Taxe d'habitation : certains ménages, exonérés en 2020, vont devoir la payer en 2021

Taxe d'habitation : certains ménages, exonérés en 2020, vont devoir la payer en 2021©PHILIPPE HUGUEN / AFP

, publié le lundi 11 janvier 2021 à 13h55

Certains contribuables dont les revenus ont augmenté en 2020 ou qui ont connu des changements dans leur situation personnelle vont dépasser les plafonds d'exonération. 

Une mauvaise surprise attend certains ménages exonérés de taxe d'habitation en 2020 : certains contribuables vont devoir la payer de nouveau en 2021, révèle Le Parisien, lundi 11 janvier. Pour Anne Guyot-Welke, la secrétaire nationale de Solidaires Finances publiques, le premier syndicat des impôts, "rien d'anormal".

"C'est le schéma classique lorsqu'un plafond détermine l'éligibilité à un impôt", explique-t-elle dans les colonnes du quotidien.



Ainsi, une hausse de revenus, une diminution du nombre de parts fiscales à la suite du départ d'un enfant, un mariage, un divorce ou encore un départ à la retraite peuvent conduire à dépasser le seuil de l'exonération. Le problème s'était d'ailleurs posé dès l'automne 2020. "800.000 foyers fiscaux qui avaient bénéficié de l'allègement de la taxe d'habitation l'année précédente y sont entrés à nouveau pour 100% du montant", estime la Direction générale des finances publiques (DGFiP). 

Toutefois, les contribuables qui vont devoir payer la taxe en 2021 verront cet impôt amputé d'un tiers. En effet, si 80% des ménages français ne payent plus de taxe d'habitation sur leur résidence principale depuis 2020, en 2021, les 20% restants doivent en être exonérés d'un tiers, selon le calendrier mis en place par le gouvernement pour la suppression progressive de cet impôt qui sera achevée en 2023.

Combien de personnes seront concernées ? Le ministère de l'Economie ne fait aucune estimation chiffrée. "Impossible d'anticiper les mariages, les enfants, les hausses de revenus...", explique Bercy qui indique que les "perdants" devraient être moins nombreux qu'en 2020, "les niveaux de revenus allant rester stables avec la crise".

En 2020, la suppression de la taxe d'habitation a concerné 22,4 millions de foyers fiscaux, entraînant pour eux un gain moyen de 590 euros. Ce gain moyen varie toutefois beaucoup d'un département à l'autre y compris au sein d'une même région. En Île-de-France, il est ainsi de 735 euros dans l'Essonne et de seulement 417 euros à Paris. En Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca), il est de 714 euros dans les Bouches-du-Rhône et de 460 euros dans les Hautes-Alpes.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.