Tarn : des profs accusés de vol pour avoir tenté de sauver les tableaux noirs de leur collège

Tarn : des profs accusés de vol pour avoir tenté de sauver les tableaux noirs de leur collège
Des professeurs du Tarn sont poursuivis pour avoir voulu "mettre à l'abri" les tableaux noirs de leur collège.

Orange avec AFP, publié le lundi 11 septembre 2017 à 18h55

Six professeurs du collège Albert-Camus de Gaillac (Tarn) font l'objet d'une enquête pour "effraction, intrusion et vol" pour avoir voulu "sauver de la déchetterie" les traditionnels tableaux noirs de leur établissement.

Les faits remontent au 28 juin, dernier jour de l'année scolaire. Avertis que les tableaux situés au premier étage de leur établissement seraient détruits et remplacés pendant les vacances scolaires, ces professeurs avaient décidé d'aller les chercher, avec des parents d'élèves, pour éviter qu'ils ne se retrouvent à la déchetterie.

Lors de travaux réalisés en 2016, les tableaux noirs du 2e étage avaient tous été amenés à la décharge et remplacés par de nouveaux tableaux blancs.

Dans l'espoir de sauver cette fois "leur outil de travail", ils avaient adressé plusieurs courriers à la cheffe d'établissement dès le mois de décembre, faisant valoir l'intérêt pédagogique de ces tableaux comparés aux nouveaux. Ils avaient également avancé des arguments écologique (pas de solvant) et financier (faible coût de la craie). Face à l'absence de réponse, ils avaient décidé de venir chercher les tableaux avec des camionnettes. La gendarmerie est alors intervenue et les tableaux laissés sur place.

UNE PÉTITION DE SOUTIEN LANCÉE

Le rectorat a confirmé dans l'après-midi qu'une plainte avait été déposée auprès de la gendarmerie et qu'elle est "actuellement en cours d'instruction". Selon les mis en cause, dont les domiciles ont été perquisitionnés, la plainte ne porte pas que sur les tableaux noirs. Elle a été élargie à d'autres vols commis à d'autres moments : deux tabourets, deux tables d'élèves et des chariots pour téléviseur et rétroprojecteurs.



"Les 6 enseignants ont été convoqués individuellement au rectorat. Ils y ont été entendus (une enseignante demeure à recevoir) et une lettre notifiant l'engagement d'une procédure disciplinaire leur a été remise", selon le rectorat qui rappelle que "l'engagement d'une procédure disciplinaire ne vaut pas sanction". "A ce jour, aucune mesure de suspension n'a par ailleurs été prononcée", souligne-t-il. Une pétition a été mise en ligne sur le site change.org pour soutenir "les tableaux noirs et les professeurs". En quatre jours, elle a recueilli plus de 4.800 signatures, selon le comité de soutien.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU