Tarbes : des tags anti-islam sur une mosquée, Gérald Darmanin explique son "dégoût"

Tarbes : des tags anti-islam sur une mosquée, Gérald Darmanin explique son "dégoût"
Gérald Darmanin, en 2019, à Paris

, publié le mercredi 02 septembre 2020 à 13h08

Les inscriptions ont été découvertes dans la matinée de mercredi 2 septembre, au moment où la justice ouvre le procès des attentats de janvier 2015.

La mosquée de Tarbes a été dégradée par des messages hostiles inscrits à la peinture, dans la nuit de mardi à mercredi. "Dégoût face à la découverte ce (mercredi) matin de tags injurieux sur une mosquée de Tarbes. Ces actes n'ont pas leur place dans notre République", a réagi le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin.

Le maire LR de Tarbes Gérard Trémège, qui s'est rendu sur place, s'est déclaré "indigné par ces actes odieux de profanation", survenue "en ce jour d'ouverture du procès des attentats contre #CharlieHebdo et #HyperCacher". "J'adresse toutes mes pensées et mon soutien à la communauté musulmane tarbaise, profondément heurtée ce (mercredi) matin", a-t-il ajouté dans un tweet. "J'imagine que ces tags sont liés" à l'ouverture du procès à Paris, a-t-il précisé,  mais "c'est une spéculation". 



La mosquée visée par les tags, construite il y a quelques années, est un des deux lieux de culte musulman de Tarbes, une "ville ouverte, accueillante et tolérante". Selon le maire, des tags anti-islam avaient déjà été découverts sur une mosquée de la ville "il y a quelques années".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.