Tarascon : un homme en état de "démence frénétique" meurt après son interpellation

Tarascon : un homme en état de "démence frénétique" meurt après son interpellation
Un policier (illustration)

, publié le jeudi 05 septembre 2019 à 17h45

Les forces de l'ordre ont dû faire usage d'un pistolet à impulsion électrique pour maîtriser un homme d'une trentaine d'années, avant que ce dernier ne décède peu après. L'IGPN a été saisie.

La "police des polices" va enquêter sur la mort d'un trentenaire en pleine crise de démence, dans la soirée de mercredi 4 septembre, à Tarascon (Bouches-du-Rhône).

L'homme venait d'être interpellé par des policiers, qui ont fait usage d'un pistolet à impulsion électrique. L'individu âgé de 38 ans, totalement nu, a été vu se frappant la tête contre la porte d'une école de la ville, "victime d'une crise de démence frénétique, au point de se manger la main", a indiqué une source policière, confirmant une information de France Info. Selon le média d'information, le trentenaire s'est mis à détériorer le logement d'un concierge dans une école du centre-ville, ainsi que du mobilier urbain.
 


Constatant leur incapacité à l'appréhender, les policiers ont fait usage un pistolet à impulsion électrique en "mode contact" (directement sur le corps) pour créer "une décharge électrique", a indiqué une autre source policière. Peu après l'arrivée des sapeurs-pompiers, à 23H20, alors qu'il était encore menotté, l'homme est décédé d'un arrêt cardiaque malgré les tentatives de réanimation. Une autopsie était en cours jeudi pour déterminer les causes du décès du trentenaire, connu pour des trafic de stupéfiants.
 
Une enquête administrative a été ouverte par l'IGPN sur les conditions d'utilisation du pistolet à impulsion électrique, a précisé une source policière à l'AFP. Selon France Info, le parquet de Tarascon, qui n'était pas joignable dans l'immédiat, a également confié une enquête judiciaire à l'IGPN pour déterminer les causes de sa mort.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.