Suspension d'AstraZeneca : la France a été "prise de court" par la décision de l'Allemagne

Suspension d'AstraZeneca : la France a été "prise de court" par la décision de l'Allemagne
Angela Merkel à Berlin, le 10 novembre 2021.

publié le mardi 16 mars 2021 à 11h39

La France a annoncé lundi la suspension de l'utilisation du vaccin AstraZeneca, dans le sillage de l'Allemagne, et quelques jours après plusieurs autres pays européens.

Le gouvernement français a été pris de court par la décision de l'Allemagne de suspendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca, a rapporté lundi 15 mars franceinfo, qui cite des sources gouvernementales. Les deux pays avaient convenu d'attendre l'avis de l'Agence européenne des médicaments avant de décider d'une suspension, selon ces sources.

Alors que l'Allemagne, "notre premier partenaire européen", suspendait AstraZeneca, la France ne pouvait continuer à l'utiliser, ont encore expliqué ces sources.


"Vous imaginez bien qu'on s'est parlé, a rétorqué sur franceinfo la ministre déléguée à l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. On s'est parlé avec l'Italie, avec l'Espagne, avec l'Allemagne, et ce n'est pas un hasard si ces quatre pays, la même journée, annoncent la même décision."

"Tout cela était une décision sur laquelle on s'est parlé", a-t-elle insisté, interrogée sur le délai entre les annonces allemande et française.

Emmanuel Macron a annoncé lundi la suspension "par prévention" de l'utilisation du vaccin AstraZeneca en France jusqu'à mardi après-midi. Un peu plus tôt dans la journée, l'Allemagne avait pris la même décision. L'Autriche avait lancé le mouvement le 8 mars en suspendant un lot de vaccins après la mort d'une infirmière qui venait de recevoir une dose d'AstraZeneca. La femme de 49 ans est décédée à cause d'une mauvaise coagulation sanguine.


Ensuite, d'autres pays, dont l'Italie, ont suspendu des lots isolés. Plusieurs pays scandinaves - Danemark, Norvège, Islande - sont allés plus loin en suspendant tous les vaccins AstraZeneca, suivis dimanche par les Pays-Bas.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.