Supermarchés : des files d'attente interminables au lendemain de la fête du Travail !

Supermarchés : des files d'attente interminables au lendemain de la fête du Travail !©Panoramic (photo d'illustration)

publié le dimanche 02 mai 2021 à 17h45

Alors que la plupart des magasins étaient fermés pour la fête du Travail, de très nombreux Français se sont rués dans les grandes surfaces pour faire leurs courses, dimanche 2 mai. Il fallait s'armer de patience et avoir de la chance pour trouver les produits recherchés, rapportent Le Progrès, La Nouvelle République, Le Dauphiné ou le Bien Public.

Pour tous ceux qui ne sont franchement pas emballés par l'idée de faire des courses, il valait mieux ne pas s'aventurer dans les supermarchés et les grandes surfaces, ce dimanche 2 mai.

La veille, une grande majorité des commerces étaient fermés, fête du Travail oblige. Alors dans de nombreuses enseignes, il y avait une certaine cohue. Beaucoup de Français ont décidé de se rendre dans les commerces alimentaires pour effectuer leurs achats, la plupart de ces enseignes étant ouvertes le dimanche, le matin au moins. Au programme : des files d'attente interminables, des queues un peu partout dans les allées, des caddies ou des chariots difficiles à trouver ou encore des produits qui manquaient dans les rayons. 



Une distanciation sociale impossible à respecter

Selon Le Progrès, le samedi est le jour où l'affluence est la plus forte dans les supermarchés. Mais cette semaine était vraiment exceptionnelle. "Je n'avais jamais vu ça un dimanche matin", répond une cliente du magasin Carrefour à Lyon (Rhône) au média rhodanien. Ce dernier a également interrogé un membre du personnel. "On a eu énormément de monde vendredi, et c'est vrai que l'affluence ce dimanche est exceptionnelle [...]. Dix caisses sur douze sont ouvertes, c'est presque autant que pendant les fêtes de fin d'année", a-t-il expliqué. 

Pour les caissières aussi, difficile de travailler dans ces conditions et de respecter les horaires de fermeture, souvent autour de 12h30. Même scénario à l'extérieur, où il fallait s'armer de patience pour se garer ou sortir pour rentrer chez soi. La Nouvelle République fait état de parkings bondés au milieu de la matinée, certains ayant même décidé d'abandonner. En raison du grand nombre de personnes entassées dans les allées, la distanciation sociale était très difficile à respecter en ces temps de Covid-19. 

Des jauges atteintes très rapidement

Avec des rayons vides, comme ceux du pain, de la viande, du poisson, il fallait prendre ce qu'il restait et ne pas faire le difficile dans certains magasins. Le Dauphiné évoque une situation similaire dans des enseignes situées dans l'agglomération de Grenoble ou à Vienne (Isère). Au magasin Carrefour d'Échirolles (Isère), il convenait d'attendre plusieurs dizaines de minutes pour simplement pénétrer dans le magasin. Au Cora de Villebarou (Loir-et-Cher), la jauge placée à 1 265 clients a été atteinte à 10 heures. Toutes les caisses étaient ouvertes et les agents de sécurité avaient pour mission de filtrer les entrées. Comme à l'Intermarché de Genlis (Côte-d'Or) où les files d'attente forçaient les clients à patienter au moins une demi-heure pour accéder aux caisses, précise le Bien Public. Le média avance l'hypothèse qu'en plus du jour férié le samedi 1er mai, le couvre-feu à 19 heures empêche les Français de faire leurs courses en semaine. 
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.