Incendie mortel de Courchevel : un suspect interpellé

Incendie mortel de Courchevel : un suspect interpellé
L'incendie, survenu dans une résidence de Courchevel 1850, avait fait deux morts et quatre blessés.
A lire aussi

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 26 mars 2019 à 12h41

L'individu, soupçonné d'être impliqué dans le sinistre qui a fait deux morts, avait déjà été arrêté puis incarcéré début mars, dans le cadre d'une autre affaire.

Un homme a été interpellé par les gendarmes puis placé en garde à vue mardi 26 mars. Il est suspecté d'être à l'origine de l'incendie qui a coûté la vie à deux personnes en janvier dans un immeuble de Courchevel.

"Une enquête est en cours", a-t-on précisé de sources concordantes, confirmant une information de la radio Europe 1. Selon RTL, le suspect "avait été arrêté début mars à la frontière franco-espagnole", pour recel de véhicule volé à Perpignan.

Il "était depuis incarcéré" et "a été extrait de sa cellule ce matin", a indiqué la radio dans un communiqué, indiquant que le suspect serait âgé de 22 ans.

Une arme à feu avait été retrouvée

"Plusieurs témoignages font état de sa présence à Courchevel au moment de l'incendie. Par ailleurs, après cet incendie mortel, les enquêteurs avaient retrouvé une arme à feu qui pourrait appartenir au suspect placé en garde à vue ce matin", ajoute RTL, qui précise que les caméras de vidéosurveillance l'ont filmé à proximité de l'immeuble juste avant l'incendie.

Les enquêteurs avaient indiqué que la piste criminelle était "sérieusement examinée" après ce feu, qui a coûté la vie à deux personnes, et en blessant une vingtaine d'autres. Le sinistre était survenu dimanche 21 janvier à Courchevel 1850, dans un bâtiment où logeaient des saisonniers.

L'enquête a pu déterminer que le feu s'était déclaré au deuxième étage de cet ancien hôtel où logeaient une soixantaine de saisonniers travaillant pour un groupe hôtelier, avant de se propager au troisième étage, où avaient été découverts les deux corps. Les autopsies ont conclu à "une mort par asphyxie".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.