Soutien aux proches aidants: le gouvernement veut développer les "solutions de répit"

Soutien aux proches aidants: le gouvernement veut développer les "solutions de répit"
La secrétaire d'Etat chargée des Personnes Handicapées Sophie Cluzel, le 24 juillet 2019

, publié le mercredi 23 octobre 2019 à 14h01

La secrétaire d'État chargée des Personnes handicapées Sophie Cluzel a annoncé mercredi la création en 2020 d'une "plateforme de répit" pour les aidants, ces millions de personnes qui s'occupent au quotidien d'un proche malade, âgé ou handicapé, et "demandent de pouvoir souffler".

Le Premier ministre Édouard Philippe doit présenter en fin de matinée avec Mme Cluzel et la ministre de la Santé Agnès Buzyn un plan pour "agir en faveur des aidants".

Selon le gouvernement, cette "stratégie", qui couvrira la période 2020-2022, doit permettre de "reconnaître leur rôle et d'améliorer leur qualité de vie".

Selon les chiffres officiels, 8,3 millions de personnes en France aident régulièrement un proche en perte d'autonomie. Selon les associations, ils seraient plutôt de l'ordre de 11 millions.

Être aidant, cela "grignote le temps quotidien, bouscule parfois la vie professionnelle", a déclaré Sophie Cluzel sur France inter, soulignant qu'ils sont "un pilier de cette société fraternelle, bienveillante, solidaire".

L'État doit pouvoir les "accompagner et prendre soin de leur santé", a-t-elle poursuivi, annonçant la "création d'une plateforme de répit pour leur donner des solutions d'accueil" pour leur proche.

Les aidants "nous demandent de pouvoir souffler, pouvoir prendre un week-end", a-t-elle développé, évoquant des places dans des maisons de répit, dans des établissements adaptés ou encore la solution du "relayage", où un professionnel passe plusieurs jours consécutifs au domicile de la personne aidée, ce qui permet à son proche de prendre du repos.

D'ici 2022, quelque 200.000 "solutions" de répit supplémentaires, soit le double qu'actuellement, seront créées, a ajouté Mme Cluzel, précisant que 105 millions d'euros y seront consacrés pour 2020-2022.

"Tout le monde n'a pas besoin de répit, n'est pas dans une intensité d'aide", a-t-elle ajouté, évoquant notamment les aidants qui ont une vie professionnelle.

Pour ces aidants salariés, qui représente environ 60% des aidants, elle a rappelé la création à partir d'octobre 2020 d'un congé indemnisé de trois mois, fractionnables. 

Les aidants salariés qui prennent des jours pourront être indemnisés par la Sécurité sociale à hauteur de 43,52 euros par jour pour une personne en couple, 52 pour une personne isolée. Environ 200.000 personnes pourraient y prétendre.

Selon les associations, s'il est "une petite avancée", ce congé indemnisé ne va pas assez loin, les aidants demandant surtout un "statut" qui puisse les protéger des ruptures de parcours et leur permettre de faire valoir des droits à la retraite.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.