Soupçons de tentative d'enlèvement: "faut arrêter", réagit Benzema

Soupçons de tentative d'enlèvement: "faut arrêter", réagit Benzema
L'attaquant du Real Madrid Karim Benzema à l'échauffement, avant un match de Liga contre le Celta Vigo au stade Bernabeu, le 18 octobre 2018

AFP, publié le vendredi 19 octobre 2018 à 13h54

"Faut arrêter", a martelé Karim Benzema sur son compte Twitter après des soupçons de tentative d'enlèvement impliquant selon Mediapart certains de ses proches afin de récupérer une somme d'argent appartenant au footballeur français.

"+Un proche de Benzema touche le bras de De Souza, c'est un enlèvement+. +De Souza est roué de coups, il n'a aucun jour d'ITT+. +De Souza (D'Souza selon Mediapart, ndlr) dit que Benzema était dans le Van, thèse écartée par les enquêteurs+. Ce monde est-il sérieux? #FautArreter #Givemeabreak #CTrop pfff", a tweeté l'attaquant du Real Madrid dans la nuit de jeudi à vendredi.

Selon un article publié jeudi soir par le site d'informations en ligne Mediapart, un différend autour de 50.000 euros en liquide dus à Karim Benzema pourrait être à l'origine de la présumée tentative d'enlèvement.

Selon Mediapart, Léo D'Souza, un proche du joueur du Real Madrid, a déposé plainte lundi 8 octobre pour une tentative d'enlèvement et de séquestration survenue la veille. L'homme de 33 ans accuse des proches de Karim Benzema d'avoir essayé de le kidnapper à Paris, le dimanche 7 octobre, après le match Paris SG-Lyon au Parc des Princes, en raison de ce différend.

Toujours selon Mediapart, Smaïne Tabennehas, ami d'enfance de Benzema, et le chauffeur du joueur du Real Madrid, lui ont intimé l'ordre de monter à bord d'un van noir, dans le XIIIe arrondissement de Paris. Alors que Léo D'Souza refuse, il croit apercevoir à l'arrière du véhicule la silhouette de Karim Benzema, explique Mediapart.

- Lopetegui: "Pas le moindre problème" -

Le parquet de Paris a ouvert une enquête ouverte pour tentative d'extorsion, après le dépôt d'une plainte visant Smaïne Tabennehas, a confirmé une source proche du dossier à l'AFP.

Le plaignant a déposé plainte à Nanterre, en banlieue parisienne, a confirmé cette source, précisant que les investigations, confiées au 3e district de la police judiciaire de Paris, tendent plutôt à montrer que Karim Benzema n'était pas sur place.

"Cet homme n'a aucune ITT (incapacité totale de travail, NLDR), il accuse un proche de Karim Benzema de lui avoir pris le bras, on sait par ailleurs que Karim Benzema n'était pas présent sur les lieux et, pourtant, on titre sur une suspicion de tentative d'enlèvement, c'est parfaitement grotesque", a réagi Sylvain Cormier, l'avocat de la star du ballon rond.

L'entraîneur de Benzema au Real, Julen Lopetegui, a assuré vendredi que le joueur n'était pas perturbé par cette nouvelle affaire extrasportive.

"Phychologiquement, je n'ai pas beaucoup d'information à ce sujet mais je l'ai trouvé en parfaite condition hier (jeudi). Il n'a pas le moindre problème", a assuré le technicien espagnol avant l'entraînement programmé à Valdebebas, dans l'est de Madrid.

Benzema, qui revient de blessure, a participé à la séance sans problème apparent, se montrant souriant et applaudissant ses partenaires pour les encourager.

Investi de davantage de responsabilités offensives au Real après le départ de Cristiano Ronaldo, l'attaquant français n'a plus marqué depuis un mois avec le club merengue et se remet d'une légère blessure à une cuisse.

"Physiquement, il a subi une petite blessure mais nous le réintégrons progressivement dans l'équipe. Il a déjà effectué deux entraînements avec l'équipe et aujourd'hui c'est le troisième, nous allons voir quelles sont ses sensations", a souligné Lopetegui, qui aura bien besoin de son avant-centre samedi en Championnat d'Espagne contre Levante (13h00/11h00 GMT).

Vos réactions doivent respecter nos CGU.