Soupçons de financement libyen: fin de la garde à vue de Nicolas Sarkozy

Chargement en cours
 Image de la voiture de Nicolas Sarkozy quittant les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), le 20 mars à Nanterre

Image de la voiture de Nicolas Sarkozy quittant les locaux de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF), le 20 mars à Nanterre

1/3
© AFP, STF

AFP, publié le mercredi 21 mars 2018 à 20h12

Après une vingtaine d'heures, la garde à vue de l'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy s'est achevée mercredi en fin d'après-midi, dans l'enquête sur des soupçons de financement de sa campagne présidentielle de 2007 par la Libye de Mouammar Kadhafi.

"La garde à vue de Nicolas Sarkozy est terminée", a déclaré une source proche du dossier à l'AFP, sans préciser les éventuelles suites judiciaires décidées par les magistrats.

M. Sarkozy, qui a toujours rejeté ces accusations, peut être remis en liberté, présenté à un juge en vue d'une éventuelle mise en examen ou convoqué ultérieurement.

L'ex-président de la République était arrivé peu avant 08H00 dans les locaux de l'office anticorruption (Oclciff) à Nanterre près de Paris. Mardi, son audition entamée dans la matinée avait été interrompue vers minuit.

Également entendu, mais sous le statut de "suspect libre", Brice Hortefeux, qui fut ministre de l'Intérieur sous son quinquennat (2007-2012), avait été auditionné mardi dans les locaux de l'Oclciff.

"M. Hortefeux a de nouveau assuré qu'il n'y avait pas eu de financement en provenance de Libye ou de quelque pays étranger. En répondant aux nombreuses questions qui lui ont été posées, il a démenti les erreurs et rumeurs qui ont couru sur cette affaire", a déclaré son avocat Jean-Yves Dupeux à l'AFP.

Ce coup d'accélérateur dans ce dossier, instruit par des magistrats du pôle financier depuis près de cinq ans, marque un retour à la rubrique des affaires judiciaires pour Nicolas Sarkozy, 63 ans.

Depuis la publication en mai 2012 par le site Mediapart d'un document libyen accréditant un financement d'environ 50 millions d'euros, pour permettre notamment à la Libye de sortir de son isolement diplomatique, les investigations ont considérablement avancé. 

Plusieurs protagonistes, dont d'ex-responsables libyens, ont accrédité la thèse de versements illicites. Le sulfureux homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine a lui-même assuré avoir remis entre fin 2006 et début 2007 trois valises contenant 5 millions d'euros en provenance du régime de Kadhafi à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l'Intérieur, et à son directeur de cabinet Claude Guéant.

Nicolas Sarkozy "est un vrai menteur et vous allez voir, il va passer son temps avec les juges d'instruction à dire +non, non, non c'est pas vrai+. Tout ça pour gagner du temps, c'est sa méthode habituelle", a lancé M. Takieddine sur BFMTV mercredi, assurant "dire la vérité". 

D'autres dignitaires libyens ont démenti tout financement de la Libye de Mouammar Kadhafi, que Nicolas Sarkozy avait reçu en grande pompe à l'Elysée en 2007.

Les magistrats ont-ils rassemblé de nouveaux éléments pouvant mettre en cause directement l'ancien chef de l'Etat?

Pendant sa garde à vue, Nicolas Sarkozy est susceptible d'avoir été interrogé sur les différents délits visés par l'enquête. Ouverte notamment pour "détournements de fonds publics" et "corruption active et passive", celle-ci a été élargie en janvier à des soupçons de "financement illégal de campagne électorale". 

- circulation d'espèces -

Cet élargissement fait suite à un rapport de l'office anticorruption, daté de septembre, qui pointe une circulation importante d'espèces dans l'entourage du candidat UMP durant la campagne 2007. "Tout le monde venait chercher son enveloppe", a relaté une ex-salariée, d'après ce rapport dont l'AFP a eu connaissance, doutant qu'une distribution aussi massive ait pu se faire sans que Nicolas Sarkozy ait été au courant.

Interrogés, Éric Woerth, trésorier de la campagne, et l'un de ses adjoints, Vincent Talvas, ont assuré que l'argent provenait de dons anonymes, une justification contestée par d'autres protagonistes de la campagne.

Les investigations ont aussi mis en lumière plusieurs opérations suspectes, notamment un virement de 500.000 euros perçu par Claude Guéant en mars 2008, en provenance d'une société d'un avocat malaisien. L'ex-secrétaire général de l'Élysée a affirmé qu'il s'agissait du fruit de la vente de deux tableaux, sans convaincre les juges qui l'ont mis en examen notamment pour "blanchiment de fraude fiscale en bande organisée".

Les juges s'interrogent également sur la vente suspecte en 2009 d'une villa à Mougins (Alpes-Maritimes) à un fonds libyen géré par Bachir Saleh, ancien argentier de Kadhafi. Ils soupçonnent l'homme d'affaires Alexandre Djouhri d'avoir été derrière plusieurs prête-noms le véritable propriétaire du bien et de l'avoir cédé pour 10 millions d'euros, soit plus du double du prix du marché. Une transaction qui aurait pu être effectuée pour dissimuler d'éventuels versements occultes.

L'enquête a connu un rebondissement important en janvier avec l'arrestation à Londres d'Alexandre Djouhri, qui devrait être fixé sur son éventuelle extradition en juillet.

Quant à Bachir Saleh, il a été blessé par balles fin février en Afrique du Sud où il vivait en exil et a depuis quitté ce pays pour des raisons de sécurité, d'après une source proche du dossier. "Mon client a toujours affirmé, qu'à sa connaissance, il n'y avait pas eu de financement", a déclaré à l'AFP son avocat, Eric Moutet. 

Dans les rangs politiques, à droite le placement en garde à vue de l'ancien président a scandalisé, le patron des Républicains Laurent Wauquiez jugeant la mesure "humiliant(e) et inutile".

La présidente du Front national, Marine Le Pen, a quant à elle mis en doute "la neutralité" du juge d'instruction Serge Tournaire.

Mais, pour Ségolène Royal, candidate malheureuse face à Nicolas Sarkozy en 2007, les citoyens "ont le droit de savoir si le match était à armes égales".

sde-nal-grd-pta/gde/tmo/swi

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
72 commentaires - Soupçons de financement libyen: fin de la garde à vue de Nicolas Sarkozy
  • j'ai de la peine pour lui,il n'est pas blanc ,mais les autres chirac mitterand giscard ont fait pire ,mais la silence ,cela ne relève pas la france;

  • Campagne de 2007!! Il y a 11 ans... Peuf "on deterre les morts" Si le financement etait illegal... que je sache, il n'a pas volé cet argent à personne?!! Ou se situe le prejudice? l'illegalité? et alors!!
    On ferait mieux de traquer tous les exilés fiscaux, toutes ces sociétés "tordues" qui payent des clopinettes d'impots comme Google, amazon et consorts, il y en a un paquet!!! Alors que là, oui, il y a un prejudice important... Surement une bonne vingtaine de milliards...

  • Quel est ce juge qui prend pour argent comptant des anciens responsables libyens qui ont massacré le peuple ,pillé le pays et tout perdu après l'intervention de la France et de l’Angleterre pour rendre au peuple sa liberté et met un ancien Président en garde à vue . Malheureusement les islamistes sont intervenus après la disparition du dictateur et le résultat est catastrophique .La vengeance est un plat qui se mange froid et ils se vengent en diffusant des rumeurs ,des faux documents ...

  • pensez bien que pas pris la main dans le sac ils ne vont pas avouer

  • en fait, l'équipe dirigeante en place voulait connaître le mode d'emploi pour avoir encore plus de pognon: dès lors que Sarko leur a fourgué la recette, ils le libèrent = normal !