Sophrologie, vitamines, huiles essentielles : l'ordre des médecins dénonce un protocole anticovid qui circule sur internet

Sophrologie, vitamines, huiles essentielles : l'ordre des médecins dénonce un protocole anticovid qui circule sur internet
(Illustration)

, publié le jeudi 11 février 2021 à 16h48

"Certains traitements peuvent s'avérer toxiques, et leur inefficacité sur l'infection à Sars-CoV-2 peut entraîner un retard de prise en charge", mettent en garde des médecins.

Des huiles essentielles, de l'homéopathie, des vitamine et même de l'hydroxychloroquine. Un protocole contre le covid-19 qui circule sur internet inquiète l'Ordre des médecins, qui a saisi la Haute autorité de santé et l'agence du médicament.

"Le Conseil national de l'Ordre (Cnom) a écrit à la Haute autorité de santé (HAS) et à l'Agence du médicament (ANSM) pour leur demander de vérifier la conformité de ce protocole avec les données acquises de la science", a indiqué jeudi 11 février un porte-parole du Conseil.

Cette "proposition thérapeutique pour soigner la Covid-19 en phase précoce" émane de la "Coordination Santé Libre", qui affirme représenter 30.000 médecins. Largement relayés sur les réseaux sociaux, des tableaux détaillent un "protocole" mentionnant notamment sophrologie, zinc, vitamine C, homéopathie, vitamine D, ivermectine, hydroxycholoroquine...


Le collectif de médecins No Fake Med -qui lutte contre la désinformation dans le domaine de la santé- a estimé que "la présentation d'un protocole thérapeutique en l'absence de preuves d'efficacité et de rapport bénéfices-risque positif démontré chez les patients constitue une mise en danger de la vie d'autrui".

De plus, y sont proposées "des associations de médicaments contre-indiquées et donc dangereuses", ajoute le collectif dans un communiqué jeudi. "Certains traitements peuvent s'avérer toxiques, et leur inefficacité sur l'infection à Sars-CoV-2 peut entraîner un retard de prise en charge et sont susceptibles d'aggraver le pronostic de cette pathologie potentiellement mortelle". À l'exception d'un corticoïde, aucune substance listée n'a jusqu'à présent fait la preuve de son efficacité ni préventive ni curative contre le Covid, alors que les chercheurs du monde entier cherchent un traitement efficace depuis plus d'un an. Actuellement, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a recommandé les corticoïdes "chez les patients atteints d'une forme sévère ou critique".

Prudents, les auteurs du protocole affirment qu'il ne s'agit "pas de prescriptions, ni de recommandations, mais d'un retour d'expériences de terrain des médecins de la Coordination Santé Libre" et que "cela ne peut être pris ou conseillé en auto-médication".

Ce "protocole" a été relayé notamment par la députée ex-LREM Martine Wonner via Twitter mais aussi lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale mercredi, suscitant l'exaspération du ministre de la Santé Olivier Véran. Martine Wonner avait affirmé l'an dernier que les masques ne servaient à rien contre le Covid.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.