"Sois un homme !" : face à Jonathann Daval, la mère d'Alexia l'appelle à assumer ses responsabilités

"Sois un homme !" : face à Jonathann Daval, la mère d'Alexia l'appelle à assumer ses responsabilités
Isabelle Fouillot, le 18 novembre 2020, à Paris

publié le mercredi 18 novembre 2020 à 16h55

Isabelle Fouillot a pris la parole face au meurtrier présumé de sa fille, avec l'intention de "rétablir la personne qu'elle était" après les arguments de la défense, qui avait tenté de faire émerger une part d'ombre chez Alexia Daval.

"Ils ne connaissaient pas Alexia. La mère d'Alexia Daval s'est exprimée mercredi 18 novembre devant la Cour d'assises de la Haute-Saône pour "défendre la mémoire de sa fille", appelant Jonathann Daval à être "un homme" et à dire "la vérité".

"Je suis là pour Alexia, pour défendre sa mémoire.

Trois années se sont écoulées (depuis sa mort, ndlr), (...) elle nous manque tous les jours", a-t-elle déclaré à la barre, la voix brisée par l'émotion. Les avocats de la défense ont essayé d'instiller l'idée que "c'était la faute d'Alexia" mais "ils ne connaissaient pas Alexia" qui "était tout sauf écrasante", a poursuivi Isabelle Fouillot.

"Voilà où mène le mensonge!"

"Je suis là pour rétablir la personne qu'elle était", a-t-elle ajouté, avant de lire une carte écrite par sa fille à Jonathann Daval, dans lequel elle parle de l'accusé comme d'un "être atypique, aussi gentil que diablotin". "Tu représentes mon ami, mon amant, mon confident (...) Tu m'es indispensable pour faire tourner ma terre", écrivait la jeune femme, dont le corps sans vie a été retrouvé le 30 octobre 2017 dans un bois de Haute-Saône. "Ça, ce sont les paroles d'une personne agressive, qui fait des crises d'hystérie?", s'est interrogée Mme Fouillot, tandis que son gendre a fondu en larmes à le lecture de la lettre

"Tu as tout détruit, voilà où mène le mensonge", a-t-elle encore lancé à l'adresse de l'accusé avant de l'exhorter : "Toi seul peut nous la dire (la vérité)" même si, après tous les revirements de l'accusé durant l'instruction, "je ne sais pas si je pourrais croire (Jonathann), chaque mot qui sortira de sa bouche, j'ai peur que ce soit un mensonge". "J'aimerais que, pour une fois, tu sois un homme dans ta vie et que tu prennes tes responsabilités", a-t-elle martelé.

Évoquant la possibilité d'un divorce, Isabelle Fouillot a enchaîné: "Je pense que tu ne voulais pas. Car tu nous perdais nous, tout l'amour qu'on t'avait apporté". Et d'asséner à propos du désir d'enfant contrarié d'Alexia: "Tu ne voulais pas d'enfant, parce que l'enfant c'est toi". Dans la matinée, son mari Jean-Pierre avait réclamé "la peine maximale" à l'encontre de Jonathann Daval jugé pour "meurtre sur conjoint" et qui encourt la réclusion criminelle à perpétuité.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.