SNCF : statut des cheminots, le vrai-faux

SNCF : statut des cheminots, le vrai-faux

Emploi à vie, prime charbon, billets de train gratuits... De quoi bénéficient vraiment les cheminots ?

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le samedi 03 mars 2018 à 08h00

Le gouvernement souhaite recourir aux ordonnances pour faire adopter d'ici l'été la réforme de la SNCF, qui prévoit notamment la fin du statut de cheminot pour les nouvelles recrues. L'occasion de faire le point sur ce statut particulier.



Le plan annoncé par le Premier ministre Édouard Philippe prévoit notamment la fin du statut de cheminot pour les nouveaux embauchés, la transformation de la SNCF en société anonyme à capitaux publics et la possibilité de mener la réforme par ordonnances.
Les syndicats de la SNCF ont été reçus cette semaine par la ministre des Transports Élisabeth Borne.
Une réunion qui ne les a pas rassurés. D'autres concertations sont prévues jusqu'à fin avril.
Quatre thèmes seront abordés : l'amélioration du service public ferroviaire, l'ouverture à la concurrence, l'organisation de la SNCF et la modernisation sociale du secteur.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
140 commentaires - SNCF : statut des cheminots, le vrai-faux
  • Pourtant c'est simple il suffit seulement de poser sa candidature et c'est la vie rèvée alors n'hésitez plus attention toutefois vous devez présenter un casier judiciaire vierge si ce n'est pas le cas vous pouvez vous diriger vers une carrière politique

  • Il y a pourtant l'exemple du royaume -uni ou le transport ferroviaire est dans un tel état de pagaille, pour l'usager, de très mauvaises performances et de prix prohibitifs, que mêmes certains conservateurs demandent la nationalisation ! Et l'on s'apprête à "débringuer" un système, peut-être pas au top, certes, mais qui ne fonctionne pas si mal que certains veulent bien le dire, pour faire de même en France ...

    on nous bourre la tête avec ce statut de cheminots alors que les salaires ne sont justement pas avantageux qu'ailleurs ! c'

    on nous bourre la tête avec ce statut de cheminots alors que les salaires ne sont justement pas avantageux qu'ailleurs !

  • Le mot qui revient le plus souvent dans les réactions c'est privilèges...
    Oui les cheminots ont un statut interessant, mais au regard de ces statuts il y a aussi des contraintes.
    Il est certain que nombre de personnes travaillent dans des conditions difficiles, peu rémunérées, et ces personnes peuvent avoir une légitimité à envier notre situation. Pour autant je ne suis pas sûr que ce soit la situation de nombreux commentateurs ici.
    Dans de nombreux secteurs, il a fallu répondre à des contraintes spécifiques, à la SNCF comme dans de nombreuses branches qui possèdent des conventions collectives.
    Ces conventions offrent des congés supplémentaires, des primes, des déroulements de carrière, bref ce que beaucoup ici trouvent normal, mais appellent cela des privilèges lorsqu'il s'agit des cheminots.
    Je note que peu de commentateurs disent ce qu'ils font, et listent les avantages auxquels ils peuvent prétendre, et que chacun se doit de respecter.
    Egalité ne veut pas dire égalitarisme, et penser réforme de la SNCF en ce focalisant sur le statut est voué à l'échec.
    Un conducteur retraité.

    Mais il n'a jamais été dit que la réforme du système ferroviaire français devait se limiter à ne revoir que le statut des cheminots! ! !

  • ON monte les français les uns contre les autres .Je ne travaille pas a la sncf, mais en aucun cas c'est le statut de cheminot qui est en cause dans le déficit de la SNCFLe gouvernement profite de ça pour modifier les statuts mais ça n'arrangera rien a la perte de la SNCF

    en le remettant à une société privée Spinetta qui s'en mettra plein les poches, d'ici peu de temps les trains dérailleront, on paiera le triple, et nous auront des lignes supprimées avec un matériel vieillissant , tout est fait pour la grande pagaille ! surtout que nous avons un bel exemple au royaume-uni. Dire de défaire les statuts mais qui voudra d'un travail particulièrement difficile pour le même prix qu'un banquier ! de nuit, ne pas vivre en famille, l'entretien des rails par tous les temps.

    Il nous coûte pourtant 2 milliards par an . Mis bout à bout ça ferait combien de milliards?
    On arriverait à un total pas loin du déficit actuel. Peut on se permettre d'augmenter le
    déficit de la France, d'une moyenne de 60 milliards par an, alors que la dette de la
    France dépasse déjà les 2200 milliards? Vous voulez la laisser à vos enfants? Car un
    jour il faudra bien la payer.

  • 03.03.18 17:01

    Qui veut noyer son chien (suite et pas fin) : tous ceux du privé qui bavent sur les cheminots et leurs jours de congés oublient que l’absentéisme est de 4,5 % contre plus de 15% dans le privé qui s'octroie ainsi plus de 10% des jours ouvrés en repos supplémentaire mais on voit souvent la paille dans l'oeil du voisin mais pas la poutre dans le sien

    Quoi? Mais vous délirez? Plus d'absenteisme dans le privé que dans le public? C'est la
    plus belle blague que j'ai,jamais entendu.Les cheminots nous serinent que leur statut,
    n'est pas si avantageux que ça, alors pourquoi le défendent ils avec tant d'acharnement?
    Encore chose, un travailleur du privé ne pourra jamais faire ce que se permettent ceux du
    public, pour une raison évidente la crainte de la perte de leur emploi.. Pour qu'un
    fonctionnaire ou assimilé se fasse licencier, il faut qu'il ait tué père et mère.

    03.03.18 15:13

    entendu dans un pré mais sans savoir lequel : il est préférable de lire les compte rendu qui prouvent un absentéisme de 22 jours par agents toute causes confondues (maladie - AT-MP Maternité etc) contre 29 jours dans les entreprises privés relevant de la Convention collective nationale des réseaux de transports publics urbains (donc sans les sujétions des longues distances) et entre 30 et 40 jours pour les privés (dont 16,8 uniquement pour maladie) 35 jours dans le Grand est, 38 dans les HDF et 39,9 pour le champion la région Paca
    alors tournez votre plume 7 fois avant de pondre une ineptie d'où suinte votre aversion