SNCF : Pepy réaffirme qu'il n'y aura pas de privatisation

SNCF : Pepy réaffirme qu'il n'y aura pas de privatisation
Guillaume Pepy à Matignon le 7 mai

, publié le mardi 15 mai 2018 à 11h30

Invité de la matinale de France Info mardi 15 mai, le patron de la SNCF a tenu à donner des gages aux cheminots sur le maintien de la compagnie comme entreprise publique.

Après un mois et demi de grève, le gouvernement et la direction de la SNCF tentent de calmer le jeu. Mardi matin, le Premier ministre Edouard Philippe a assuré dans un entretien au Monde que la compagnie ferroviaire ne serait pas privatisée.

"La loi sera sans ambiguïté" sur ce sujet, a-t-il indiqué, car l'"incessibilité" du groupe SNCF sera inscrit dans la réforme. La mesure, proposée par la ministre des Transports Elisabeth Borne, a été validée par Guillaume Pepy. "On va faire ceinture et bretelles", a lancé le PDG au micro de France Info, mardi matin. "Comme ça, les cheminots et les Français seront rassurés."



"La SNCF est 100% publique aujourd'hui, elle le restera. Je le dis parce que dans ce pays, il y a toujours un fantasme de la privatisation", a renchéri le PDG. Dimanche, le syndicat Sud-Rail avait rouvert la polémique en rendant public un compte-rendu de réunion examinant, entre autres, comment le groupe public pourrait à l'avenir céder des actifs ou créer des coentreprises.



Mardi, la SNCF prévoit un "retour progressif à la normale" du trafic, à l'issue du neuvième épisode de deux jours de grève. Le groupe prévoyait 9 TER sur 10, ainsi que 4 Transilien et trains Intercités sur 5. Le trafic est normal pour les TGV et les trains internationaux.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.