Situation dans les hôpitaux : la Fédération hospitalière moins optimiste qu'Olivier Véran

Situation dans les hôpitaux : la Fédération hospitalière moins optimiste qu'Olivier Véran
L'hôpital de Libourne, le 6 novembre 2020.

publié le mardi 10 novembre 2020 à 13h37

Si la situation semble s'améliorer légèrement en Île-de-France, elle s'aggrave, parfois fortement dans d'autres régions. Il faut "accélérer les transferts" de patients, selon Frédéric Valletoux.

Y'a-t-il un frémissement dans la progression de l'épidémie de coronavirus en France ? Olivier Véran et d'autres spécialistes l'ont évoqué ces derniers jours.

Mais, pour le président de la Fédération hospitalière de France (FHF), Frédéric Valletoux, ce n'est pas le cas et les hôpitaux publics restent sous la "pression très forte" du Covid-19.

"On ne sent pas de détente générale suffisante pour parler de frémissement positif", a-t-il souligné. "Il ne faut pas baisser la garde", ni "donner l'impression que le pic de la vague serait derrière nous", a déclaré Frédéric Valletoux, appelant "à la plus grande prudence sur l'évolution des chiffres".

Le représentant des hôpitaux publics prend ainsi le contre-pied du ministre de la Santé, Olivier Véran, qui avait fait état dimanche d'un "frémissement", avec "une forme de ralentissement de la progression de l'épidémie". Lundi, le directeur de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP), Martin Hirsch avait également estimé qu'"on peut parler, en Île-de-France, d'une amorce d'infléchissement". 


"Ce n'est pas la même chose partout en France, mais dans certaines régions, en IÎle-de-France, on a l'impression d'avoir un frémissement dans la pente épidémique, dans cette croissance que l'on voyait continuer (de manière) exponentielle ces dernières semaines. On a l'impression que cela s'infléchit", avait aussi déclaré Karine Lacombe, cheffe du service des maladies infectieuses à l'hôpital Saint-Antoine à Paris sur BFMTV-RMC.

"La réalité qui remonte des territoires est plus dure", a affirmé Frédéric Valletoux lors d'une visio-conférence de presse, prenant pour exemple la Bourgogne-Franche-Comté, où "les passages aux urgences pour Covid ont augmenté de 50% ces sept derniers jours". Même inquiétude en Auvergne-Rhône-Alpes, "une région dans l'œil du cyclone" avec 500 à 600 hospitalisations quotidiennes, "un niveau très haut par rapport aux capacités" locales, a-t-il souligné.

Les services de réanimation y sont saturés, avec seulement "une quarantaine de places disponibles", rendant "nécessaire d'accélérer les transferts" de patients vers d'autres régions - d'ailleurs 90 sont encore "attendus cette semaine", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.