Sidaction : la science progresse à grands pas, les idées fausses aussi

Sidaction : la science progresse à grands pas, les idées fausses aussi
Des bénévoles du Sidaction, en 2003 (illustration)
A lire aussi

Orange avec AFP, publié le vendredi 24 mars 2017 à 14h55

Le 23e édition du Sidaction se lance ce vendredi 24 mars, jusqu'à dimanche 26 mars minuit. L'opération annuelle d'appel aux dons pour la prévention et la recherche contre le sida se fait cette année dans un contexte d'avancées scientifiques majeures, contrastant avec des constats plus inquiétants.

Selon une étude Ifop/Bilendi rendue publique à cette occasion, le niveau des connaissances des Français est "alarmant", toutes classes d'âge confondues.

"Ce qui nous alarme, c'est que d'un côté la science progresse et parallèlement, malheureusement, le niveau des connaissances sur la maladie régresse, et pas seulement chez les jeunes" explique Florence Thune, directrice des programmes France au Sidaction. "Ce qui montre bien qu'il faut continuer à faire de l'information et de la prévention".


Le sondage indique que la détérioration de l'information ne se cantonne pas au public jeune. Au sujet des méthodes de prévention, les réponses des Français montrent de "véritables lacunes". Exemple flagrant : seul un Français sur deux est au courant de l'existence d'autotests de dépistage du sida vendus en pharmacie. Quant aux lieux de dépistage, 42% des Français expliquent être "mal informés", et 57% sur l'existence d'un traitement d'urgence si on a pris un risque.

NON, LES MÉDICAMENTS ANTI-SIDA N'EXISTENT PAS (ENCORE)

Certaines idées fausses persistent : parmi elles, croire que le virus du sida peut être transmis en s'asseyant sur des toilettes (16%) ou en embrassant une personne séropositive (15%). En outre une part non négligeable (22%) imaginent qu'il existe des médicaments pour guérir du sida. "Plus de trente ans après l'apparition de l'épidémie et malgré des décennies de promotion du préservatif, un quart reste persuadé que le risque existe même lors d'un rapport sexuel protégé", regrette aussi l'association. Cette méconnaissance du Sida tranche avec les progrès de la science sur le sujet, observés ces derniers. Les chercheurs ont ainsi par exemple trouvé un moyen de déceler le virus dans certaines cellules.

Près de 6.000 personnes découvrent encore chaque année leur séropositivité. Un chiffre stable depuis 2011, selon Santé publique France. "Malgré de nombreuses victoires, le combat n'est pas terminé. Donnez!" est le mot d'ordre de cette nouvelle campagne d'appel aux dons. Les dons seront enregistrés par téléphone (110), en ligne (www.sidaction.org), par SMS en envoyant le mot DON au 92 110 (petits dons) ou par courrier à Sidaction, 228 rue du Faubourg Saint-Martin 75010 Paris. La 22e édition avait permis la collecte de 4,21 millions d'euros.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
3 commentaires - Sidaction : la science progresse à grands pas, les idées fausses aussi
  • comment se fait-il qu'il y est encore des cas de sida en France en 2017???

    Pourqouoi pas un cancer-action ??,

  • Il y a 150000 malades du sida en Françe, on organise un sidaction, c'est très bien c'est louable, il faut que la recherche avance et comme l'état dépense l'argent du contibuable ailleur, il faut faire appel à la générosité des Français, mais que fait-on pour les millions de Français qui sont touchés par le Cancer? RIEN! pas de canceraction, RIEN! on tape les gens en passant par des organismes (Hum!) j'ai encore en tête l'affaire Crosmarie le pilleur de la ligue contre le cancer.

    je n'ai pas oublié moi aussi ....le problème c'est que , a cause d'un profiteur , beaucoup de personnes ont cessé de donner de l'argent craignant que cet argent n'aille jamais jusqu'aux chercheurs ,mais grossisse le porte monnaie de certains....

  • Au lieu de faire un article pour constater que des idées fausses persistent n'aurait il pas été plus positif d'apporter aux lecteurs les informations qui leur font défaut?

    Il n'y a pas plus sourd que celui qui ne veut pas entendre.