Si "le virus continue à circuler", l'épidémie de Covid-19 "est contrôlée", assure le président du Conseil scientifique

Si "le virus continue à circuler", l'épidémie de Covid-19 "est contrôlée", assure le président du Conseil scientifique
Le président du Conseil scientifique, le Pr Jean-François Delfraissy, le 26 avril 2020 à Paris.

, publié le vendredi 05 juin 2020 à 11h05

"Là où on avait autour de 80.000 nouveaux cas par jour début mars avant le confinement, on estime qu'on est maintenant autour de 1.000 cas", a expliqué Pr Delfraissy, spécialiste d'immunologie.

Le pire est-il derrière nous ? Selon le président du Conseil scientifique, instance chargée de guider les pouvoirs publics dans la gestion de la crise liée au Covid-19, si "le virus continue à circuler", l'épidémie est actuellement "contrôlée" en France. 



"Le virus continue à circuler, en particulier dans certaines régions (...), mais il circule à une petite vitesse. Là où on avait à peu près plusieurs dizaines de milliers de cas, autour de 80.000 nouveaux cas par jour début mars avant le confinement, on estime qu'on est maintenant autour de 1.000 cas à peu près", a expliqué le Pr Jean-François Delfraissy vendredi 5 juin sur France Inter. "Ca montre bien qu'il y a une réduction importante. Et puis surtout, on a tous les outils pour dépister ces nouveaux cas.

On a les tests, on a tout un système ensuite d'isolement et de contact des contacts, qui permet d'éviter évidemment l'extension", a ajouté le Pr Delfraissy, spécialiste d'immunologie.


Le Conseil scientifique a publié jeudi un nouvel avis recommandant de se préparer à "quatre scénarios probables" pour les mois à venir, allant d'une "épidémie sous contrôle" à une "dégradation critique". "Nous pensons que c'est le scénario numéro un, c'est-à-dire un contrôle de l'épidémie, qui est le plus probable. C'est lié à la fois aux conséquences du confinement, c'est lié au fait que ce virus est peut-être sensible à une certaine forme de température", a indiqué le Pr Delfraissy.

Il ne faut pas pour autant oublier les gestes de protection, estime le spécialiste d'immunologie. "Le premier point, c'est de demander à tout le monde et à tous nos concitoyens, dans ce scénario optimiste où l'épidémie est contrôlée, de conserver quand même un certain nombre de mesures", a-t-il poursuivi, citant le port du masque dans les transports ou la distanciation physique entre les personnes. 

"Le scénario 4, le plus grave (celui d'une "dégradation critique des indicateurs" de suivi de l'épidémie, traduisant "une perte du contrôle" de cette dernière, ndlr) c'est celui qu'on ne veut pas voir : faisons tout pour ne pas y arriver. Il serait extrêmement difficile d'avoir un nouveau confinement généralisé", a ajouté le Pr Delfraissy rappelant qu'il n'y avait aujourd'hui "pas de médicament qui ait véritablement fait la preuve de son efficacité, ni de vaccin"

L'épidémie du coronavirus a causé 44 nouveaux décès dans les hôpitaux en France, portant le bilan total à 29.065 morts depuis le début de l'épidémie, selon le bilan quotidien communiqué jeudi par le ministère de la Santé. La baisse se poursuit en réanimation. Au total, 1.163 malades atteints d'une forme sévère de Covid-19 sont hospitalisés en réanimation, soit 47 malades de moins que la veille.
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.