Shorts sous les jupes des filles : le centre aéré de Reims présente ses excuses

Shorts sous les jupes des filles : le centre aéré de Reims présente ses excuses
Après deux jours de polémique, la direction a reconnu "une erreur" et une "maladresse rédactionnelle" (photo d'illustration).

Orange avec AFP, publié le samedi 23 juillet 2016 à 09h39

- Les parents d'élèves du centre de loisirs de la Maison de quartier Trois Piliers à Reims (Marne) ont reçu, en début de semaine, des consignes concernant la tenue vestimentaire de leurs filles. La direction du centre conseillait aux petites filles d'éviter de porter une jupe ou d'enfiler un short par dessous "pour éviter les comportements déplacés" des garçons.

Le centre a présenté ses excuses et parlé d'une "maladresse". -

Tout a commencé avec une lettre adressée, le 18 juillet dernier, aux parents d'élèves de ce centre d'animation, fréquenté par des enfants de 4 à 11 ans. Outre les infos pratiques classiques, la direction demandait alors aux parents de mettre des shorts sous les jupes des filles "pour éviter les comportements déplacés des garçons avec une petite fille dont la jupe se soulèverait". Les responsables du centre expliquait s'inquiéter des réactions des garçons de 10 à 12 ans : "Nous voulons juste éviter des situations complexes à gérer", précisait le centre de loisirs.

LES FAMILLES DES ENFANTS CHOQUÉES

La lettre a suscité l'indignation de certains parents : "Il ne leur vient pas à l'idée que ce n'est pas aux petites filles d'adapter leur tenue en fonction des 'lourdauds', mais plutôt aux 'lourdauds' de s'éduquer", a notamment écrit sur les réseaux sociaux la mère d'une petite fille de 4 ans accueillie dans ce centre aéré. "Ma fille ne doit pas avoir à choisir entre coquetterie et la tranquillité de faire du toboggan sans avoir à subir les comportements déplacés des mômes à qui ont apprend pas le respect de l'autre (...) Et on lui fait comprendre que les jupes ce n'est pas adapté si elle ne veut pas d'ennuis. Vous sentez ce qui cloche dans ce monde ?", conclut-elle.


"Si cela s'entend tout à fait pour le confort de notre enfant lors d'activités sportives, en revanche, nous sommes bien plus contrariés à l'idée que cela soit pour éviter des comportements déplacés. Si comportements déplacés il y a, ce n'est pas à notre fille d'en porter la responsabilité au travers de sa tenue", ont répondu plusieurs parents dans une lettre révélée par L'Obs. "Pourquoi ne pas faire passer un mot aux parents afin de s'assurer que leurs enfants n'aient pas de comportement déplacé, jupe ou non ?", ajoutent-ils.

"NI DISCRIMINATION, NI SEXISME" POUR LE CENTRE

La direction a reconnu jeudi une formulation "maladroite". "Il n'a jamais été question de demander aux parents de remettre des pantalons aux petites filles", a déclaré à Libération la directrice adjointe des maisons de quartier de Reims, évoquant des "réflexions de cours d'école" reçues par certains filles mais "aucun geste déplacé". "On ne se défausse pas devant l'erreur, ça nous apprendra à peser chaque mot", a-t-elle ajouté à BFM-TV. "Je comprends la polémique mais je la déplore".

Les responsables du centre se sont fendus d'un courrier d'excuses : "Il semble que les termes de cet écrit ont été interprétés d'une manière différente de ce que nous souhaitions", écrivent-il. "Il ne s'agissait nullement de discrimination ou de sexisme qui viserait à empêcher les petites filles de s'habiller comme elles le souhaitent. Il s'agissait essentiellement de permettre aux petites filles d'être à l'aise dans les activités qui sont proposés, plus particulièrement les activités sportives quotidiennes". Le centre précise par ailleurs que "le travail éducatif qui est mené par l'équipe consiste à permettre le respect d'une valeur fondamentale pour notre Association : l'égalité filles/garçons".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.