Séisme dans le Sud-Est : les réacteurs de la centrale de Cruas arrêtés pour un audit

Séisme dans le Sud-Est : les réacteurs de la centrale de Cruas arrêtés pour un audit
Vue datée du 26 juin 2005 de la centrale nucléaire de Cruas en Ardèche.

, publié le mardi 12 novembre 2019 à 11h09

L'Agence de sûreté nucléaire a toutefois assuré, lundi, que le séisme n'avait provoqué "aucun dommage apparent".

Après le séisme survenu lundi 11 novembre dans la région, les réacteurs de la centrale nucléaire de Cruas, en Ardèche, seront arrêtés "dans les prochaines heures" pour un "audit approfondi", a indiqué le préfet de la Drôme, Hugues Moutouh.

"Le seuil sismique vibratoire a déclenché une alarme sur un seul des cinq capteurs présents sur le site. Aucun dégât sur les bâtiments n'a été constaté, et les installations fonctionnent normalement", a assuré le préfet lors d'une conférence de presse.

Un séisme de magnitude 5.4

Toutefois, "conformément à la procédure de sécurité et de précaution établie par l'opérateur, un arrêt des réacteurs surviendra dans les prochaines heures, afin de permettre un audit approfondi des installations", a-t-il ajouté.

Un séisme de magnitude 5,4 sur l'échelle de Richter s'est produit lundi à la mi-journée à "26 km au sud-est de Privas", touchant plus particulièrement la Drôme et l'Ardèche.

"Il est urgent d'arrêter ces centrales"

L'Agence de sûreté nucléaire (ASN) a assuré que le séisme n'avait provoqué "aucun dommage apparent" à ces sites, mais qu'EDF devait encore calculer l'impact exact du tremblement de terre.

Dans un tweet, le réseau "Sortir du nucléaire" a souligné que la magnitude de ce séisme était supérieure au "séisme majoré de sécurité" de 5,2 pour lesquelles les centrales de #Tricastin et #Cruas ont été construites.

"Il est urgent d'arrêter ces centrales avant qu'un accident grave ne survienne", a-t-il ajouté.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.