Seine-Saint-Denis: Ibrahima, 16 ans, tué d'un coup de couteau aux Lilas

Seine-Saint-Denis: Ibrahima, 16 ans, tué d'un coup de couteau aux Lilas
Un adolescent de 16 ans a été tué d'un coup de couteau à la poitrine lundi soir aux Lilas en Seine-Saint-Denis

publié le mardi 21 septembre 2021 à 19h54

"Drame sidérant": réputé sans histoire, Ibrahima, un lycéen de 16 ans originaire de Bagnolet en Seine-Saint-Denis a été tué d'un coup de couteau à la poitrine lundi soir dans la commune voisine des Lilas, pour des raisons encore floues. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, une rivalité territoriale entre les deux villes pourrait être à l'origine de la violence du suspect, un adolescent de 17 ans, résidant aux Lilas. 

Vers 20H lundi, il a asséné un coup de couteau à la poitrine à Ibrahima, 16 ans. L'adolescent est décédé des suites de ses blessures au cœur et aux poumons.  

Peu de temps après les faits, le suspect a été interpellé alors qu'il se trouvait sur un Vélib et placé en garde à vue.

Sa garde à vue a été prolongée, a indiqué à l'AFP le parquet de Bobigny en fin d'après-midi, précisant que l'enquête a été confiée à la police judiciaire du département.  

Les faits ont eu lieu dans un quartier pavillonnaire des Lilas. Selon les premiers éléments de l'enquête, la présence de l'adolescent et de deux amis originaires de Bagnolet sur la commune des Lilas aurait poussé l'auteur du coup mortel à les cibler. Les raisons exactes demeurent toutefois floues à ce stade des investigations. 

Selon une source policière, ni la victime ni le suspect n'étaient connus des services de police. 

"Le fait qu'il soit de Bagnolet ça lui a porté préjudice", a confié à l'AFP un de ses amis, à la sortie de leur lycée situé à Montreuil. "Il y a toujours eu une rivalité entre Les Lilas et Bagnolet. Il y a des personnes assez bêtes pour frapper quelqu'un qui vient d'une autre ville, même s'il n'est pas dans les bagarres", a poursuivi l'adolescent de 16 ans. 

"Il était gentil, humble, sérieux dans ses études et son travail, c'est du gâchis. Je me sens mal, je ressens un vide", s'est attristé le jeune homme en baissant le regard. 

- "Drames trop fréquents" -

Ibrahima avait intégré en septembre une classe de Première STMG de l'établissement.

La mairie de Montreuil a indiqué que le lycée avait mis en place une cellule psychologique. 

Plusieurs lycéens ont cependant regretté auprès de l'AFP le fait que "personne n'en parle" et qu'"il n'y (ait) pas eu de minute de silence". La quinzaine de lycéens interrogés par l'AFP l'a appris via Snapchat ou en discutant avec des camarades. 

"Il vaut mieux en parler et sensibiliser un peu plus les gens", a souligné une lycéenne de 16 ans.

Sollicitée par l'AFP, la direction de l'établissement n'a pas souhaité s'exprimer. 

"Ce nouveau drame suscite une très forte émotion : il nous sidère, nous indigne et nous révolte", ont réagi les maires des Lilas, de Bagnolet et de Montreuil dans un communiqué de presse commun.

"Engagés pleinement dans la lutte contre les violences entre adolescent·es, nous continuerons à travailler sans relâche pour que cessent ces drames qui touchent trop fréquemment nos villes", ont-ils écrit.

Un équipage de policiers était présent toute la journée devant l'établissement. Un dispositif identique a été déployé sur plusieurs lycées de Bagnolet et des Lilas, d'après une source policière, qui n'a pas déploré d'incidents. 

Plusieurs adolescents ont été tués récemment en Ile-de-France dans des affaires en lien avec les phénomènes de harcèlement en ligne ou d'affrontement entre bandes de jeunes rivales.

En mai, en l'espace d'une semaine, deux adolescents du Val-de-Marne, âgés de 17 ans avaient été poignardés, à la suite de différends. Alysha, collégienne de 14 ans victime de harcèlement, avait elle été retrouvée noyée dans le Val-d'Oise en mars.

Plus récemment, un jeune homme de 19 ans est mort en juillet quelques jours après avoir été violemment frappé dans un contexte de rivalités entre bandes originaires de deux villes voisines de l'Essonne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.