Seine-Saint-Denis : deux policiers agressés lors d'un contrôle routier

Seine-Saint-Denis : deux policiers agressés lors d'un contrôle routier
Les deux policiers ont été pris à partie par une quinzaine d'invidus

publié le lundi 04 janvier 2021 à 13h40

Les motards se sont retrouvés dans ce qui semble être un guet-apens. Dimanche 3 janvier, deux policiers de la compagnie de sécurisation et d'intervention de la Seine-Saint-Denis (CSI 93) ont été agressés par une quinzaine d'individus après un contrôle routier à Aulnay-sous-Bois.  

Les faits se seraient déroulés vers 17 heures, dimanche 3 janvier, au sein de la cité des 3 000. Lors d'un contrôle routier, les deux motards contrôlent deux hommes qui circulaient sur une moto. Les deux hommes ne possèdent visiblement pas de documents d'immatriculation mais proposent aux policiers de se rendre au domicile du conducteur pour les récupérer. 


L'homme serait finalement revenu accompagné de plusieurs individus, une quinzaine. Des images de vidéo amateur, diffusées sur les réseaux sociaux, montrent les deux motards, dont l'un est à terre, aux prises avec un individu pendant que deux autres hommes leur assènent des coups de pied.

Enquête en cours 

Une enquête pour violences sur personnes dépositaires de l'ordre public a été confiée au commissariat local, et une personne a été interpellée, a indiqué le parquet de Bobigny.
L'un de ces deux fonctionnaires, motards a eu "l'épaule démise" et le second souffre "de douleurs aux côtes", selon une source policière.  

Le préfet de Police de Paris, dont dépendent ces fonctionnaires, a déclaré sur Twitter "apporter son soutien aux deux motards, violemment pris à partie à AulnaySousBois"


"Encore une fois des policiers lynchés alors qu'ils ne faisaient que leur métier ! Face à ces images intolérables que fait l'Etat pour renforcer les effectifs manquants et prononcer enfin des sanctions vraiment dissuasives et exécutées ? ", a également réagi Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France. 


De son côté, le numéro 2 du Rassemblement national Jordan Bardella estime que cette agression montre "la réalité des violences au faciès, celles commises tous les jours contre ceux qui portent un uniforme et représentent l'Etat français".


Vos réactions doivent respecter nos CGU.