Seine-Saint-Denis : des femmes qui viennent d'accoucher laissées à la rue avec leur bébé

Seine-Saint-Denis : des femmes qui viennent d'accoucher laissées à la rue avec leur bébé
Un nouveau-né dans une maternité de Nantes, le 7 juillet (illustration)

, publié le jeudi 06 septembre 2018 à 09h00

Dans le département limitrophe de Paris, des mères sans-abri sont obligées de retourner dans la rue à leur sortie de la maternité, faute de places d'hébergement, rapporte France Info.

Les professionnels de l'hébergement d'urgence alertent sur une situation dramatique. Cet été, en Seine-Saint-Denis, pas moins de 54 femmes sans logement ont été laissées à la rue alors qu'elles venaient d'accoucher ou étaient enceintes.

Ce constat est dressé par l'association Interlogement 93, qui gère la plateforme téléphonique du 115, le Samu social. Ces femmes ont été laissées sans solution de logement après leur accouchement ou un passage à la maternité pour des problèmes durant la grossesse.

"Situation ubuesque"

"On remet des nourrissons sur le trottoir avec des risques sanitaires évidents pour pouvoir accueillir des femmes qui ont atteint le moment de la naissance", dénonce François Bulan, chef Samu social en Seine-Saint-Denis, auprès de France Info. "Les maternités ne le font pas de gaieté de cœur". Leurs lits sont complètement saturés et ne peuvent plus accueillir les femmes qui ont besoin d'accoucher. C'est une situation assez ubuesque."



Dans certains établissements, les chefs de service refusent de laisser partir ces mères sans-abri, quitte à bloquer des lits au sein de la maternité. "C'est toujours une inquiétude de voir une femme sortir de la maternité sans qu'on sache qu'elle ait un abri fiable", explique Stéphane Bounan, le chef du service de la maternité Delafontaine à Saint-Denis. Chaque année, 200 femmes sortent de cet hôpital pour dormir dans une chambre d'hôtel, tandis qu'environ 150 environ partent sans solution de logement. L'an dernier, dans tout le département, 653 femmes ont été adressées à l'association Interlogement 93 par les équipes des maternités, soit trois fois plus qu'en 2014.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.