Seine-et-Marne : une enseignante poussée à terre par un élève

Seine-et-Marne : une enseignante poussée à terre par un élève
(Photo d'illustration)

publié le lundi 11 octobre 2021 à 09h35

Le lycéen de Combs-la-Ville (Seine-et-Marne) qui a provoqué la chute de son enseignante s'expose à de lourdes sanctions, a prévenu l'académie de Créteil, indiquant au passage qu'une plainte devrait prochainement être déposée.

La scène s'est déroulée vendredi 8 octobre au lycée Jacques Prévert à Combs-la-Ville, en Seine-et-Marne. Une vidéo postée sur les réseaux sociaux montre un élève vraisemblablement décidé à quitter la salle avant la fin du cours.

L'enseignante s'y oppose et le jeune homme hausse alors le ton : "Wallah écarte-toi de ma rue. Eh le Coran, poussez-vous Madame !". "Ne me touchez pas, Yassine", rétorque la professeure, lui rappelant qu'il se trouve "à l'école". Mais ce dernier ouvre tout de même brutalement la porte, la projetant alors à terre sous les rires de certains. 



"Le chef d'établissement, immédiatement prévenu, a pris en main la situation et a assisté l'enseignante", a indiqué dans un communiqué l'académie de Créteil. Cette dernière fait actuellement l'objet d'une "protection fonctionnelle" ainsi que d'un "appui psychologique". 

Le recteur de l'académie de Créteil Daniel Auverlot "condamne avec la plus grande fermeté cet acte isolé", assurant à la professeure et à l'équipe pédagogique son "soutien plein et entier". "Aucune menace ou agression, physique ou verbale" à l'encontre du corps enseignant "ne peut être tolérée", insiste-t-il, dans le communiqué.

Une plainte devrait être prochainement déposée et la directrice du service départemental de l'Éducation nationale (DSDEN) de Seine-et-Marne se rend au sein de cet établissement lundi 11 octobre.

L'élève a de son côté désormais "interdiction d'accès à l'établissement à titre conservatoire" et "s'expose à de lourdes sanctions disciplinaires". Un conseil de discipline va être convoqué. "Je forme le vœu que le conseil de discipline adopte la plus grande fermeté à l'égard de cet élève qui a eu ce comportement totalement inacceptable", commente sur BFMTV le maire de la ville, Guy Geoffroy, proviseur de formation, qui a lui-même fondé le lycée Jacques Prévert il y a 40 ans. 

"On espère bien évidemment une sanction exemplaire contre l'élève qui a agressé mais aussi une sanction contre l'élève qui a filmé puisque c'est parfaitement interdit!", estime de son côté Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et des collèges, auprès de BFMTV. 

 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.