Seine-et-Marne : un sanglier domestiqué abattu à bout portant par des braconniers

Seine-et-Marne : un sanglier domestiqué abattu à bout portant par des braconniers©Panoramic (photo d'illustration)

, publié le mercredi 24 février 2021 à 17h10

Le journaliste Hugo Clément a publié sur les réseaux sociaux une vidéo montrant l'assassinat à bout portant d'un sanglier domestiqué par un groupe de chasseurs. Ces derniers viennent régulièrement abattre des animaux dans le domaine du Monceau à Liverdy-en-Brie, en Seine-et-Marne.

C'est une vidéo qui a choqué de nombreux internautes. Mercredi 24 février, le journaliste Hugo Clément a publié sur ses réseaux sociaux un reportage de la plateforme France TV Slash intitulé « Des animaux braconnés dans un parc privé ». Il met en avant le braconnage qui frappe régulièrement le domaine du Monceau à Liverdy-en-Brie, en Seine-et-Marne. Un parc privé de 170 hectares avec des cerfs, des sangliers ou même des daims.


Au cours de ce reportage, c'est le propriétaire des lieux, Alain Martin, qui revient sur les nombreuses bêtes tuées par les chasseurs. L'homme est notamment très ému au moment d'évoquer le décès d'Hercule, un sanglier âgé de dix mois qu'il avait réussi à domestiquer. « Il me suivait partout, je l'ai élevé au biberon », se remémore-t-il. « (...) Ce n'était pas qu'un animal, c'était mon bébé. »




Malheureusement, la bête s'est un jour retrouvée sur le chemin des braconniers qui viennent souvent sur le site, vandalisant les clôtures pour accéder au domaine. Sur la vidéo, on voit Hercule venir réclamer de l'affection auprès du groupe de chasseur. Alors qu'il ne montre aucune agressivité, l'un des hommes décide de lui tirer une balle dans la tête à bout portant. Un geste violent que même certains de ses collègues ne comprennent pas.

« C'est de la barbarie »

Très ému au moment d'évoquer le sort de ces animaux, Alain Martin confie dans le reportage de France TV Slash que ces actes sont récurrents. Il l'a constaté à l'aide des caméras de surveillance qu'il a installées.

Le propriétaire du domaine se souvient d'un moment extrêmement difficile pour lui. Fin décembre, un cerf avait été touché par plusieurs munitions de chevrotine. Agonisant, il s'était rapproché des bâtiments pour terminer sa vie. Forcé d'abréger les souffrances de l'animal, Alain Martin avait dû lui-même le tuer. « Pour moi c'est très dur », confie-t-il, très affecté.

Désormais, l'heure est aux décisions fortes selon lui. Il espère des sanctions face à ces braconnages et il souhaite que la justice réagisse. « À un moment, il faut sanctionner. (...) Tirer des animaux, les prendre, les braconner, les blesser, les laisser souffrir, c'est de la barbarie ! », dénonce Alain Martin.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.