Sécheresse : les témoignages de coupure d'eau se multiplient

Sécheresse : les témoignages de coupure d'eau se multiplient©Pixabay

publié le jeudi 04 août 2022 à 10h35

De nombreuses communes ont purement et simplement coupé le robinet des habitants pendant de longues heures. Si certaines l'ont fait sous la contrainte, d'autres ont préféré anticiper et prendre ces mesures drastiques pour éviter la pénurie totale.

Les restrictions d'eau décidées par les communes face à la sécheresse ne suffisent pas toujours.

Dans de nombreuses régions, les habitants racontent les coupures d'eau dont ils sont victimes, en pleine vague de chaleur, raconte France 3. C'est notamment le cas à Ollières, petit village du Var, où les résidents ont constaté que l'eau qui sortait de leur robinet était boueuse et trouble. Et pour cause : la nappe phréatique était à sec. Le maire a alors pris la décision de couper l'approvisionnement des robinets en eau potable.


En Haute-Loire, c'est le village du Bouchet-Saint-Nicolas qui a fait face à une situation incongrue. Si les coupures d'eau ont été régulières dès fin mai dans cette commune située au cœur du Massif central, qui a souffert du manque de pluie, elles n'ont pas non plus épargné les touristes. "On fait du café à la Cristaline, on repousse la vaisselle au lendemain", désespère Fabien Rochedy, gérant d'une auberge. Pire encore, mi-juin, une coupure d'eau de 24 heures a compliqué la vie des touristes. "On ne pouvait pas laisser nos hôtes pendant 24 heures sans prendre de douche sous cette chaleur, ou sans chasse d'eau dans les toilettes", raconte-t-il. Il a donc décidé de les envoyer dans des hôtels voisins.

Plus la moindre goutte entre 18h et 2h du matin

D'autres communes préfèrent prendre les devants et ont décidé de restrictions drastiques pour éviter la coupure totale. C'est le cas à Molières-sur-Cèze, dans le Gard, où le maire a pris l'initiative de fermer les robinets entre 18h et 2h du matin, vendredi 29 juillet. "C'était soit ça, soit la coupure totale et le ravitaillement avec les camions-citernes" assure-t-il auprès de franceinfo. En Corse, la préfecture a délivré mercredi 3 août un message d'alerte inquiétant : sauf réduction nette de la consommation d'eau en Haute-Corse, "il n'y aura plus d'eau dans 25 jours". Elle a choisi de durcir les mesures déjà en vigueur.

De l'avis général des maires et au vu des témoignages recueillis, ces mesures sont bien comprises par la population. "On ne peut pas se permettre de râler, la situation est catastrophique. S'il faut abandonner la piscine définitivement, on le fera", raconte cette mère de famille de 27 ans, qui n'a pas rempli sa piscine cette année. Les contrôles de respect des restrictions sont rares, mais ils existent : l'Office français de la biodiversité en a pour l'heure effectué environ 4 000.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.