Sécheresse : la forêt "en mode survie"

Sécheresse : la forêt "en mode survie"
Forêt des Vosges le 19 août 2020.
A lire aussi

, publié le dimanche 23 août 2020 à 19h00

Les forêts sont en danger. Avec le réchauffement climatique, les sécheresses sont de plus en plus fréquentes d'un été à l'autre, et tuent les arbres.

Un phénomène contre lequel des biologistes cherchent à lutter. 

Elle a rythmé l'été. La sécheresse a de nouveau sévit en France ces dernières semaines. Un phénomène récurrent qui a un impact direct sur les forêts : les arbres meurent.

En France et ailleurs, la forêt est passée en "mode survie" cet été, explique Sylvain Delzon, biologiste écologue à l'Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement.

"Il y a une accélération de la mortalité rapide d'arbres liée à la sécheresse", qui a été "sévère" cette année dans l'Hexagone, avec "un mois et demi sans pluie", explique l'expert. Il précise que ce phénomène a un "impact très fort, beaucoup plus fort que la canicule". 

Pour se prémunir des chaleurs excessives, "les feuilles ont fermé leurs stomates, servant à l'évapo-transpiration de l'arbre (...), et il fini par se dessécher", ajoute-t-il. Conséquence : "les arbres feuillus peuvent perdre l'intégralité de leur feuillage. Certains pourront repartir, mais d'autres ne repartiront pas".



Le centre de la France et le Sud-Ouest "très touchés"

S'il est trop tôt pour avoir des chiffres précis sur l'étendue des dégâts cet été, Sylvain Delzon constate que "le centre de la France et le Sud-Ouest semblent très touchés" par la sécheresse.

Mais le phénomène s'étend un peu partout. L'Allier, qui abrite 22 000 hectares de Tronçais a ainsi été touché, comme que la forêt de Vierzon, dans le Cher, ou encore la Corrèze. "En Europe, on constate aussi des dépérissements de certaines espèces de pins en Espagne, et en Italie". 

"Ce qui est menacé c'est le stockage de carbone"

La sécheresse ne provoque pas un "dépérissement massif de milliers d'arbres", explique Sylvain Delzon. "On voit des individus mourir, pas de forêts". "En revanche, la forêt est en mode survie", explique-t-il. "Elle aura peut être stocké moins de carbone cet été", la photosynthèse s'étant arrêtée sur certains arbres. C'est donc "le stockage de carbone qui est menacé". "L'écosystème peut redevenir source de carbone alors qu'il était puits de carbone", analyse le biologiste. 

Face à ce phénomène grandissant, les experts prennent des "paris risqués" : "on plante des espèces venant d'autres pays plus chauds", une technique qui peut introduire des "espèces invasives". un "travail de très longue haleine" puisqu'il fait des "forêts mélangées, et surtout pas clonales, pour augmenter la capacité adaptative au changement climatique".

Le Premier ministre Jean Castex, en déplacement dans une réserve naturelle près d'Amiens samedi 22 août, a plaidé pour une transition écologique concertée, et conciliant "la préservation de la biodiversité" avec les "activités économiques et humaines". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.