Scandale de la viande de cheval : un Néerlandais, condamné en absence par la France, arrêté en Espagne

Scandale de la viande de cheval : un Néerlandais, condamné en absence par la France, arrêté en Espagne
Le Néerlandais Jan Fasen lors de son arrestation par la Garde civile espagnole, en juillet 2019.

, publié le mercredi 31 juillet 2019 à 17h30

En 2013, un scandale sanitaire éclate après la découverte que certains plats surgelés vendus comme contenant du bœuf contiennent en réalité de la viande de cheval. 

Le scandale a éclaté au Royaume-Uni début 2013 avant de toucher toute l'Europe : 500 tonnes de viande de cheval ont été vendues comme étant du bœuf à un fabricant français de plats cuisinés surgelés. Ces produits, étiquetés viande de bœuf, sont ensuite distribués dans 13 pays européens par 28 compagnies différentes.

Si le scandale n'a eu aucune conséquence sanitaire, il a abouti à une grave crise de confiance des consommateurs.



En avril dernier, quatre hommes ont été condamnés à Paris pour la vente de viande de cheval présentée comme du bœuf. L'un d'eux, un Néerlandais, identifié comme le négociant en viande Jan Fasen, a été condamné en absence. Il a été arrêté à la demande de la France le 23 juillet à Calpe, près de Benidorm, sur la côte méditerranéenne espagnole, a annoncé la Garde civile le mercredi 31 juillet. L'Audience nationale, la juridiction chargée des extraditions, devra maintenant décider si elle accepte de le livrer à la France.

Procès en cours pour un scandale similaire en Espagne

Jan Fasen doit en effet être jugé pour son implication dans un scandale similaire découvert en 2017 en Espagne. Il est accusé d'avoir dirigé un gang qui vendait de la viande de cheval impropre à la consommation humaine dans toute l'Europe. 65 personnes au total ont été arrêtés dans cette affaire, dont des éleveurs, des propriétaires d'abattoirs et des vétérinaires. Le Néerlandais était en liberté sous caution en attendant son jugement en Espagne, a précisé la Garde civile.

Il avait déjà été condamné aux Pays-Bas en 2012 dans une affaire semblable.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.