Savoie : Lucie Roux, disparue depuis 2012, avait croisé la route de Nordahl Lelandais

Savoie : Lucie Roux, disparue depuis 2012, avait croisé la route de Nordahl Lelandais
Des gendarmes enquêtant sur l'affaire Maëlys, en Savoie, en février 2018.

Orange avec AFP, publié le dimanche 22 avril 2018 à 20h21

Ils auraient été vus en train de déjeuner ensemble à plusieurs reprises. La soeur de la femme disparue est très inquiète.

Lucie Roux, 43 ans, était hospitalisée à l'hôpital psychiatrique de Bassens, en Savoie, lorsqu'elle a disparu, du jour au lendemain, le 16 septembre 2012.

Un établissement que fréquentait également Nordahl Lelandais à la même époque. L'ancien militaire, qui a avoué les meurtres de Maëlys et du caporal Arthur Noyer, était soigné pour des problèmes de dépression et d'alcoolisme.

Une coïncidence suffisante pour la mère de la femme disparue, Olga Roux, qui affirme que sa fille et le meurtrier présumé de la petite Maëlys, avait déjeuné ensemble à plusieurs reprises.

"Ils étaient peut-être amis"

"J'ai été contacté par une amie de Lucie Roux. Elle affirme être prête à apporter son témoignage aux enquêteurs. Selon elle, Lucie a déjeuné plusieurs fois avant sa disparition, avec une autre amie et Nordahl Lelandais", rapporte Christian Saint-André, l'avocat de la mère de la disparue, dans Le Dauphiné.



"Il est donc confirmé un lien entre ma sœur et Nordahl Lelandais. Ils étaient peut-être amis. Ça ajoute de l'horreur à l'horreur. Une disparition, c'est déjà épouvantable. Mais relier cette disparition avec un homme qui a tué une petite fille et un jeune militaire, cela suscite chez moi de l'effroi", témoigne de son côté dans Le Parisien la soeur de Lucie Roux, qui a l'espoir de voir l'enquête rouverte.

Une cellule de coordination, baptisée Ariane, a été créée mi-janvier au pôle judiciaire de la gendarmerie nationale à Pontoise, pour procéder à des recoupements entre le parcours de vie de l'ancien maître-chien et les dossiers non élucidés dans les régions qu'il aurait fréquentées. Une quinzaine de dossiers sont actuellement examinés.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU