Santé : un ophtalmologue sur trois refuse les nouveaux patients

Santé : un ophtalmologue sur trois refuse les nouveaux patients©YAMIL LAGE / AFP

publié le mercredi 07 juillet 2021 à 17h15

Si en moyenne, il faut deux mois pour obtenir un rendez-vous en 2021, il est possible d'obtenir une consultation pour le lendemain dans certaines villes de France. Ce délai peut se monter jusqu'à dix-huit mois dans d'autres.

Obtenir un rendez-vous chez un ophtalmologue peut tenir du parcours du combattant.

Selon une étude du Guide Santé, révélée par France Bleu, près d'un ophtalmologue sur trois refuse les nouveaux patients. En moyenne, il faut deux mois pour obtenir un rendez-vous en 2021, souligne également l'enquête, qui précise que de fortes disparités existent selon les régionales.



Pour mener son étude, le Guide Santé a contacté 5.755 cabinets d'ophtalmologie conventionnés. Parmi eux, 1.255 n'ont pas répondu au téléphone, soit plus d'un sur cinq (21,8%), malgré cinq tentatives d'appels. Lorsqu'ils ont répondu, 29% d'entre eux ont refusé de prendre un rendez-vous pour un nouveau patient. Un chiffre plus élevé dans certaines régions : en Corrèze, dans la Haute-Loire, la Haute-Saône ou la Vienne, seuls deux ophtalmos sur dix acceptent les nouveaux patients.

A l'inverse, la Côte d'Or, le Bas-Rhin, la Creuse, la Lozère, la Gironde, les Landes, les Pyrénées-Atlantiques, les départements de la région Paca, à l'exception du Vaucluse, et une partie des départements franciliens affichent un taux de prise en charge de nouveaux patients qui s'élève à plus de 80%. Les Hautes-Alpes arrivent en tête du classement avec un taux de prise en charge de nouveaux patients de 100%.

Si en moyenne en France, on compte 8,7 ophtalmologues pour 100.000 habitants, "les départements les plus peuplés (Sud-Est, Rhône, Paris notamment) concentrent bien plus de spécialistes que ceux qui abritent les plus petites agglomérations (par exemple la Creuse, la Lozère, la Meuse ou les Ardennes)", révèle le Guide Santé. "Seuls 11% des ophtalmologues travaillent aujourd'hui dans les aires urbaines ou rurales de moins de 50.000 habitants qui représentent pourtant 19% de la population totale", poursuit l'étude qui souligne que ce déséquilibre se répercute ensuite dans le délai de prise de rendez-vous.

Il est ainsi plus facile de se faire soigner dans les grandes métropoles que dans les zones rurales ou les petites villes. Il est en moyenne possible d'"obtenir un rendez-vous en 20 jours à Paris, 27 jours dans les Alpes-Maritimes et 29 en Seine-Saint-Denis", indique le Guide Santé, qui est parvenu à obtenir une consultation pour le lendemain à Cannes et à La Défense.

En revanche, il faut attendre en moyenne 217 jours dans l'Indre, 201 jour en Lozère ou 193 jours dans le Cantal. Quant à Montargis (Loiret), impossible d'obtenir un rendez-vous avant dix-huit mois. Le docteur Jean-Pascal Del Bano, co-fondateur du Guide Santé, note toutefois que souvent, les spécialistes mettent des créneaux à disposition pour les urgences qui ne nécessitent pas une hospitalisation.

Le Guide Santé constate par ailleurs un certain retard dans la numérisation des rendez-vous. Sur les 5.755 cabinets contactés, 803 ne donnent pas accès à un numéro de téléphone ou un agenda des disponibilités en ligne.

Pour expliquer ces délais de prise de rendez-vous, Thierry Bour, président du Syndicat national des ophtalmologistes de France (SNOF), a indiqué aux auteurs de l'étude que "depuis deux ans, il y a plus d'arrivées que de départs" dans la profession. Selon lui, s'il n'y a pas un rééquilibrage rapide de l'installation des jeunes ophtalmologues sur le territoire, "la liberté d'installation pourrait être remise en cause par le zonage voire la régulation".
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.